Quand les porte-paroles deviennent synonymes de scandale !

Oyé ! Oyé ! Chers lecteurs et lectrices, j’aimerais aujourd’hui m’entretenir sur les répercussions auxquelles font face les organismes lorsque leur porte-parole perd toute crédibilité.

L’une des stratégies fréquemment utilisées par les publicistes et les relationnistes est l’emploi d’un porte-parole. Cette méthode est une façon efficace de s’attirer rapidement la sympathie du public et de bien communiquer ce que véhicule la marque ou l’entreprise. Toutefois, elle peut vite tourner au vinaigre si le porte-parole en question fait un faux pas.

Le public et les médias détestent avoir à faire à un organisme sans nom et sans visage. C’est pourquoi le porte-parole à pour rôle de prendre la parole au nom des autres afin que les annonces soient faites de la manière la plus appropriée et en recherchant à maximiser l’impact favorable des messages (et donc de minimiser l’impact défavorable). La personne qui sera élue pour occuper ce poste devra être une personne à l’aise à s’exprimer et, qui sera aimé du public.

Jusqu’ici, tout va bien, mais ce qui n’est souvent pas mentionné dans « le mode d’emploi du parfait porte-parole » c’est que ceux-ci sont aussi humains que vous et moi. Ils peuvent donc commettre des erreurs, tant dans leur vie personnelle que dans leur professionnelle. Quand cela arrive, les médias font étalage de leurs frasques, ce qui entraîne des retombées économiques et de la mauvaise publicité pour l’entreprise qui s’est liée avec l’individu.

À titre d’exemple, l’actrice Marion Cotillard qui représente le mouvement Greenpeace a récemment fait la manchette pour avoir eu des propos en faveur de la chasse aux phoques, le plus grand massacre de mammifères marins au monde. Ceci a amené des organismes comme la Société Protectrice des Animaux (SPA) et IFAW à réagir, ce qui a mis Greenpeace dans l’embarras.

Lors de scandale comme celui de Tiger Woods et de Jean-François Harrisson, un animateur d’émissions pour enfants sur Vrak-tv, qui s’est fait arrêter pour possession et distribution de pornographie juvénile. Les entreprises doivent réagir vite et faire preuve de jugement. Certaines d’entre elles décident de se défaire de leur porte-parole pour éviter de s’attirer de la mauvaise presse et d’autre de leur porter soutien malgré les risques. Chaque organisme possède sa propre façon de réagir et de gérer une crise du genre. Certaines vont même jusqu’à dire « Parlez en bien ou en mal, mais parlez-en ! »

Publicités

A propos sarahgervais

Étudiante à l'Université de Montréal en Communication DEC en graphisme, Collège Ahuntsic
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s