L’importance de la communication interculturelle en relations publiques

L’importance de la population immigrée

Les citoyens issus de l’immigration sont de plus en plus nombreux au Québec. C’est pourquoi j’estime qu’il est important de prendre ceux-ci en considération lors de la mise en place d’un plan de communication. En 2010, 53 985 nouveaux immigrants sont venus s’installer au Québec. Au total, les immigrants comptent pour 11,5 % (851 560 personnes) de la population de notre province et c’est dans la région métropolitaine de Montréal que l’on retrouve la grande majorité de cette population, soit 86,9 %.

On ne peut donc pas ignorer ce public ou le généraliser. Je tiens à préciser qu’il faut aussi prendre en considération que chaque communauté culturelle immigrante a ses propres spécificités.

La communication interculturelle

La segmentation ainsi que la définition des publics et de leurs attentes sont des étapes importantes lorsqu’on prépare un plan de communication. Ensuite, la première variable dont on doit tenir compte est l’établissement d’un message personnalisé pour chaque public et finalement, il faut être en moyen de bien choisir les tactiques permettant aux stratégies de se réaliser. Tous ces éléments doivent être pensés en mode interculturel.

Comprendre la culture des différents immigrants et l’accepter devient un enjeu important pour les stratégies et les tactiques de communication. Cela permet de comprendre, par exemple, pourquoi telle communauté est contre tel projet. Cette révolte peut provenir de leurs valeurs et principes issus de leur culture. Si nous comprenons cela, il devient plus facile par la suite d’écouter et de comprendre leur point de vue afin d’établir un lien de confiance entre ceux-ci et l’organisation.

Nos stratégies de communication ne seront probablement pas aussi efficaces auprès de la population immigrante et en particulier auprès des nouveaux arrivants à moins d’avoir adapté notre message. Tout est une question de culture. Ceux-ci n’adhèrent pas tous aux valeurs et aux aspirations communément partagées par l’ensemble de la population québécoise. Il faut donc en tant qu’émetteur s’assurer que le récepteur (immigrant) va bien nous comprendre et que réciproquement nous allons bien le comprendre. Lorsque deux personnes issues de systèmes culturels différents entrent en dialogue, il est fort possible qu’elles rencontrent des réactions et des attitudes psychosociales qui empêchent la bonne communication. Dans un cas pareil, il est important de comprendre cela et d’adopter des actions concrètes afin de mieux permettre l’interaction et la communication.

Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s