Où sont les professionnels de relations publiques dans les organismes communautaires?

Je travaille dans le communautaire depuis 2008. J’en suis venu à la conclusion que plusieurs organismes auraient besoins d’aide de professionnels de relations publiques afin de moderniser leur image.

La plupart des organismes ont des budgets très restreints et n’ont aucune marge de manœuvres. Ils vivent de subventions souvent non récurrentes. Ils préfèrent donc  mettre de l’avant leurs services et investir leurs argents dans une main d’œuvre de qualité. Peut-on les blâmer?

En fait, le problème majeur est le manque de visibilité. Beaucoup d’organismes ont des sites Internet démodés et peu attirants. D’autres n’ont pas la chance d’avoir cette visibilité, car une plate-forme web serait trop coûteuse. De plus, le matériel promotionnel (rapport annuel, dépliant, carte de visite, etc.) est souvent désuet. Ceci n’aide en rien  pour attirer de nouveaux usagers à fréquenter l’établissement.

Outre les outils de promotion défraîchis, le milieu communautaire a d’autres lacunes. La plus part du temps, la tâche du financement revient à l’adjoint-administratif. Par contre, son principal rôle est de s’occuper de la comptabilité. En conséquence, la recherche de nouvelles subventions est négligée par manque de temps.

Les éléments laissés de côté sont souvent :

  • Plan Stratégique
  • Plan d’action
  • Site web et dépliants

Il y a très peu d’organismes dotés d’un plan stratégique. Pourquoi? En voient-ils seulement l’importance? Un organisme ne peut pas uniquement vivre au jour le jour, mais pour la plus part c’est ce qu’ils font, car trop occupés à suivre dans l’instant présent.

En fait, je crois qu’il devrait y avoir des relationnistes qui s’impliquent dans les conseils d’administration des organismes communautaire afin de donner leur point de vue. Ils pourraient servir de support à la direction.

 

À titre d’information le seul regroupement qui offre des services bénévoles en relations publiques  est : Relations publiques sans fron­tières. Par contre, ils travaillent dans les pays en voie de développement afin d’améliorer leurs conditions de vie.

Cet article, publié dans Réflexions publiques, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s