La 22e nuit des sans-abri de Montréal : un bel événement sans fla-fla.

Dans le quartier Centre-Sud de Montréal, se tenait, le 21 octobre dernier, la 22e nuit des sans-abri (NSA). L’objectif de cet événement annuel est de sensibiliser la population aux réalités de l’itinérance en les invitant à se rassembler et de passer une nuit entière à l’extérieur. L’enjeu principal de cette année était la lutte à la pauvreté.

Le nombre de personnes vivant dans l’itinérance au Québec n’est pas répertorié, mais le besoin est criant. La preuve : 24 autres villes tenaient eux aussi une nuit de sensibilisation, un nombre record. Devons-nous nous en réjouir? Cela prouve que l’itinérance n’est plus une affaire des grands centres urbains, mais que ce phénomène social s’étend désormais même en région.

Le comité organisateur de la nuit de Montréal est composé de membres travaillant à temps plein dans différents organismes communautaire (RAPSIM, Le Tournant, L’Anonyme, etc.) et s’impliquant sur une base volontaire. Mentionnons que les ressources financières de la NSA sont quasi nulles. Le succès de l’événement est donc relié en grande partie aux médias sociaux et à son porte-parole très impliqué.

L’utilisation des médias sociaux

Sur Facebook, plus de 900 personnes aiment la page de la NSA. Évidemment, l’activité de la page prend de plus en plus d’importance quelques semaines avant l’événement, les organisateurs y postant des liens concernant la couverture médiatique. Je peux affirmer que cette année la couverture fût grande.

Un porte-parole engagé

Avec son choix de porte-parole, la NSA a de quoi être fière. Christian Vanasse, membre des Zapartistes, s’implique énormément et prend son rôle au sérieux. N’étant pas seulement présent lors de l’événement et de la conférence de presse, il offre également de son temps produisant des vidéos informatifs, des flashs mob.

Cette année, il est même allé jusqu’à écrire une lettre ouverte dans les journaux. Soulignons, que la nuit de l’événement le porte-parole national ne s’est pas contenté d’aller à Montréal, mais s’est déplacé dans plusieurs villes.

Lutte à la pauvreté

Selon un sondage Crop, une personne sur six pense qu’elle pourrait devenir sans-abri. Pourtant, les acteurs œuvrant auprès des personnes vivant en situation d’itinérance affirment que la lutte doit continuer pour convaincre les décideurs d’investir dans cette problématique qui n’est pas très « jet-set ».

Notons que dans sa dernière étude publiée en septembre, le Conseil national du bien-être social établissait à 25 milliards $ par an l’impact de la pauvreté sur les dépenses publiques au Canada. La moitié de cette somme investie pour le rehaussement des prestations d’aide sociale et en logements sociaux permettrait pourtant de combattre la pauvreté.

Sources :

Site de la nuit : www.nuitdessansabri.ca

Site du Lettre ouverte de Christian Vanasse : http://www.ledevoir.com/motcle/sans-abri/

Publicités
Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s