Les relationnistes, leur éthique personnelle et professionnelle

Qui dit relationniste dit souvent belle image, bon communicateur, personne franche et intègre. C’est vrai, ces personnes éduquées jouent des rôles importants pour les organisations et envers la population. Derrière ces porte-paroles se cache un être humain, qui a des valeurs, des convictions, donc certaines notions de l’éthique. Suite à une évaluation faite plutôt cette session ainsi qu’à une rencontre avec un entrepreneur en relations publiques, j’en suis cependant venue à me poser la question sur l’éthique générale de tous ces bons communicateurs. Jusqu’où sont-ils prêts à aller si leur mandat ne respecte par leurs valeurs personnelles et l’éthique en général?

 Les valeurs personnelles

L’éthique a toujours été un problème non réglé, dans le domaine des communications. En plus de découler des valeurs personnelles de chaque personne (ex. : morale), l’éthique fait partie de l’une des notions les plus importantes à respecter.  Cependant, à cause de certains mandats, les relationnistes seront parfois menés à « jouer » sur un terrain de jeu plutôt raboteux. Que ce soit de ne pas respecter les normes, de cacher la vérité (ou briser les « règles de l’intégrité »), tous seront parfois menés à devoir faire un choix entre respecter leurs valeurs personnelles versus le mandat demandé. Comme l’écrit Irène Langis, conseillère senior en communication à l’Institut national de santé publique du Québec : « En d’autres mots, pour certaines situations, j’accepterai de me faire le messager d’une politique, d’une décision ou d’une opinion parce qu’elles se défendent, même si elles écorchent mes valeurs. Pour une autre situation, je ne pourrai m’y soumettre, mes valeurs étant trop heurtées… au risque de perdre un client ou un emploi ».

Deux classes de relationnistes

En effet, plusieurs décideront de ne pas jouer leurs cartes afin d’être intègre à eux-mêmes. D’autres décideront de simplement s’ajuster au mandat de leur client et de mettre leurs valeurs de côté. Est-ce que cela fait d’eux de meilleurs relationnistes? Comment devons-nous classer ces deux types de pratique en relation publique? Certes, plusieurs diront que cela dépend du mandat offert, mais en vain. Que pensent les relationnistes de cela? Rares sont ceux qui s’expriment haut et fort sur leur opinion à propos de ceux qui travaillent sur des mandats plus « délicats ».

Bref, suite à la lecture de plusieurs textes sur le site de la SQPRP, j’ai pu conclure que l’éthique en relations publiques est le sujet de l’heure présentement. Plusieurs témoignages de relationnistes sur ce site peuvent le démontrer en plus de permettre de comprendre certains événements reliés à l’éthique en relations publiques. Ces textes sont très formateurs et valent la peine d’être lus. Et vous, que feriez-vous face à un contrat qui ne respecte pas vos valeurs personnelles?

http://www.sqprp.ca/contenus/rp-com/De-quoi-a-l-air-l-ethique-dans-la-vraie-vie-.aspx

http://www.sqprp.ca/contenus/rp-com/Communiquer-contre-ses-convictions-et-ses-valeurs.aspx

http://www.sqprp.ca/contenus/rp-com/l-ethique-et-les-RP-WWMD-What-Would-Mirador-Do.aspx

Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les relationnistes, leur éthique personnelle et professionnelle

  1. Ping : Tweetez bien, tweetez mieux! | Réflexions publiques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s