Où sont les femmes? Qui ont des rires pleins de larmes…(1)

L’actualité en ce moment nous parle des femmes.

  • On parle de crime d’honneur

Perpétré par des hommes sur des femmes en fonction de leur culture.

  •  On parle de sexisme en ligne

Marie-Claude Lortie dans sa chronique de La Presse du jeudi 11 novembre 2011 montre que les blogueuses de ce monde reçoivent des messages violents liés à leur sexe.

Elle relate sa propre expérience mais aussi celle de Helen Lewis Hasteley, blogueuse au New Statesman qui a produit un billet sur la réalité de la misogynie en ligne.

  •  On parle de viol au sein des corps armés américains

Dans la page Débats de La Presse du 11 novembre 2011, Émilie Beauchesne examine la problématique du viol en temps de guerre et dénonce la hiérarchie sociale sexuée qui a cours au sein de l’armée. De l’armée américaine plus précisément. Les femmes ne sont pas protégées par leurs frères d’arme.

Le blogue comme outil de dialogue pour dénoncer une certaine condition féminine

Dans l’histoire des relations publiques, il a été démontré que les femmes qui au 19ième siècle se sont battu pour changer la société à leur égard sont considérées comme les précurseurs de cette activité professionnelle. Elles ne se sont pas tues. Elles ont cherché le dialogue avec leurs maris, leurs fils, leurs pères (2).

Aujourd’hui Marie-Claude Lortie consacre toute une chronique sur le sujet de la misogynie en ligne. L’utilisation des médias sociaux demeure un outil idéal pour dénoncer une certaine réalité de la condition féminine actuelle même si, comme le mentionne Mme Hasteley, « No one likes to look like a whinger […], others are reluctant to give trolls the « satisfaction » of knowing they’re emotionally affected by the abuse or are afraid of incurring more by speaking out ».

Au Canada et en Amérique du Nord certainement, les campagnes qui cherchent à prévenir la violence à l’égard des femmes sont bien présentes. On le voit entre autres par les publicités télévisées qui visent la prévention de la violence conjugale.

En Afrique, Relations publiques sans frontières (RPSF), sous l’égide d’Oxfam, mène sur le terrain de « vastes campagnes d’information et de sensibilisation à l’échelle des collectivités et des gouvernements des régions concernées » afin de provoquer un changement social car la violence basée sur le genre (VBG) « est ni plus ni moins un frein majeur aux objectifs de développement humain et de développement durable.»

Selon John Crean, spécialiste canadien en relations publiques associé à la firme National, les femmes représentent l’une des cinq tendances qui feront réfléchir les acteurs de la discipline au cours des années à venir. Les femmes n’occupent toujours pas en assez grand nombre les postes de décision pour que sur les plans social et professionnel leur influence soit mesurable. Cela viendra, dit John Crean. Bientôt, leur influence sera indéniable et alors les valeurs d’empathie et de collaboration qui sont les leurs seront à être prises en compte en relations publiques. Pour le moment le sexisme, la misogynie, la VBG, les plafonds de verre, demeurent.

Restons à l’affût.

Article de Marie-Claude Lortie

http://bit.ly/rKlpYP

Billet de Helen Lewis Hasteley

http://bit.ly/sPgKIj

Article d’Émilie Beauchesne

http://www.cyberpresse.ca/debats/opinions/201111/10/01-4466616-lenvers-de-la-medaille.php

Relations publiques sans frontières

http://www.rpsf-prwb.org/projets/resume-des-projets/projet-niger/

(1) Chanson de Patrick Juvet

(2) http://id.erudit.org/iderudit/058096ar

Cet article, publié dans Réflexions publiques, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s