Les temps ont changé, « Buvez l’eau du robinet…»

J’entendais hier à la Première chaîne Yves Michaud s’exprimer sur le renouveau de la Gauche et s’enthousiasmer à propos de cette surprise de l’Histoire ramenant le socialisme sur les devants de la scène. Il n’est pas le seul intellectuel à en parler dans les médias. Comment en effet ne pas constater ce revirement plein de promesses face à la crise qui sévit en Europe, qui menace à nouveau les États-Unis (La Presse, 15 novembre 2011) et qui active les indignés à travers le monde? Cet état de fait ne peut que réfléchir sur nos relations publiques. Voyons voir comment les valeurs de la gauche accentueront encore ce que les professionnels des relations publiques ont déjà détecté…

Transparence et authenticité

« De nos jours, tout le monde a le potentiel d’être un influenceur ou un diffuseur de nouvelles. Le rôle des RP est donc d’informer et d’engager tout le monde, consommateurs, clients, employés, blogueurs et experts confondus. La transparence et l’authenticité sont les meilleurs alliés lorsque vient le temps de converser. » Marie-Josée Gagnon http://mariejoseegagnon.com/

C’est bien ce que Brandan Shanahan a décidé de faire, communiquer dans la transparence. (Le blogue de Pierre Gince : http://bit.ly/tHZrim)

Acceptabilité sociale

En lisant le billet d’une consœur sur ce blogue, http://bit.ly/rBs04S , une expression a attiré mon attention : acceptabilité sociale. Voici ce qu’en dit Jean-Gynse Bolivar, consultant et formateur en gestion de projet :

« Cette nouvelle réalité [l’acceptabilité sociale]  influence le management de projets et est bien présent à divers stades de l’évolution d’un projet lors de  sa définition […]. Il faut comprendre que l’acceptabilité sociale devienne donc aujourd’hui une condition essentielle pour assurer la survie d’un projet. » http://bit.ly/u3VcSt

Mis à part le sourire en coin de Marie-France Bazzo (sourire que j’ai pu « entendre » lors de sa chronique chez Paul Arcand) quand elle fit rapidement allusion au concept d’acceptabilité sociale, je constate qu’un peu partout à droite (on s’en sert surtout pour faire accepter à la population un nouveau projet économique. L’actualité http://bit.ly/tJ6KKe) on reconnaît sa valeur. Ainsi, dans le cahier Affaires de la Presse du 10 novembre 2011, l’article « Le nécessaire art de communiquer » http://bit.ly/viTppp montre comment le concept est considéré par les spécialistes des relations publiques. Une nouvelle façon de communiquer mais surtout de travailler en amont, pour éviter les crises et gérer l’opinion publique dans le respect de tous.

Démocratisation dans les entreprises

On ne peut plus désormais se contenter de faire du capitalisme pur et dur sans tenir compte du respect que l’on doit aux différents publics, particulièrement les employés. Plus question désormais d’agir seul en bon capitaliste, à la manière des dictateurs arabes que l’on voit tomber depuis janvier. Cette ouverture s’intègre tranquillement dans nos mœurs. Les entreprises devront y venir aussi n’est-ce pas? Les publics internes, ceux qui, dans cette veine communicationnelle universelle, ne doivent plus être perçus comme simples subalternes sans voix, sans sensibilité ni intelligence.

« Savvy agencies will deliver multi-faceted approaches that go beyond both traditional and social media campaigns and demonstrate the value of direct stakeholder programs, including that old basic: internal communications. Organizations rebuilding after The Great Recession will want to start from scratch, rather than roll out the same old, same old. »

(http://bit.ly/fs9mEu Roger Pynn, APR)

« […] we’re going to see more companies with more regular polling of their staffs regarding engagement.  The result will be a more accurate temperature check and sense of engagement, which will allow leaders and communicators to adapt their communication strategies more regularly. »

(http://bit.ly/fs9mEu David Grossman, ABC, APR, Fellow PRSA)

À ce propos, il faut prendre connaissance du palmarès des meilleurs employeurs canadiens (La Presse, 16 novembre 2011, http://bit.ly/rExnyT ) qui font tous l’apologie des communications internes pour compter sur l’engagement de leurs employés, employés qui sont sans doute les meilleurs vecteurs de la réputation d’une entreprise.

Les valeurs de la Gauche et la démocratisation qu’elle entraîne reprennent vigueur. Les différentes marques doivent en tenir compte dans leur plan de communication. Que feront par exemple les compagnies qui ont misé sur l’apparence de luxe entourant leurs produits au moment où personne ne doutait de son pouvoir d’achat? Les temps ont changé, «  Buvez l’eau du robinet…»

Cet article, publié dans Réflexions publiques, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s