« Crowdsourcing » : Opportunité ou menace ?

Dans l’ère des médias sociaux et du contenu généré par les consommateurs, le « crowdsourcing » devient une tendance de plus en plus grandissante dans tous les domaines de la communication.

  • Doritos l’a utilisé pour faire une campagne marketing
  • BP l’a utilisé comme outil de gestion de crise
  • Musique Plus l’utilise comme source de contenu

Qu’est ce que le « crowdsourcing »?

C’est de la sous-traitance par le peuple, de la collaboration populaire. L’exemple le plus connu est Wikipedia. Une encyclopédie au contenu généré par les utilisateurs.

3 exemples d’utilisations du « crowdsourcing » en communication

L’exemple Doritos : le concours

Depuis un bon moment maintenant, Doritos fait chaque année un concours aux États-Unis, dans le cadre duquel les consommateurs sont invités à soumettre leurs idées de publicités pour Doritos. Le gagnant voit sa publicité mise en onde pendant le SuperBowl et se voit remettre un montant en argent.

Cette année, la première version Canadienne de cette campagne a été faite. Les consommateurs étaient invités à écrire la fin d’un message publicitaire visant à lancer une nouvelle saveur de chips. La publicité gagnante a été mise en onde et son auteure a obtenu un pourcentage des ventes, de même qu’un poste temporaire de consultante pour l’équipe de publicité de la marque.

 

 

Dans ce cas, le « crowdsourcing » était un outil parmi plusieurs. La majorité des achats médias ont été fait pour inviter les gens à participer au concours, et non pour mettre en onde le message gagnant. Il en est de même pour les ressources de gestions. La réalisation de ce concours à nécessité l’implication d’un nombre aussi élevé, sinon plus élevé de gestionnaires que s’il s’était agis de faire une publicité régulière. On peut penser que le « crowdsourcing » est une façon de couper les coûts, mais dans un cas comme celui-ci, c’est tout le contraire.

L’exemple BP : la diversion

Les fuites pétrolières de BP ont obligé le département de communication à opérer une gestion de crise des plus embêtantes. Au début, les messages habituels, fort probablement préétablis, ont été utilisés : « Nous faisons tout en notre pouvoir pour limiter les dégâts. », « Nos experts travaillent jours et nuits pour trouver la solution. », « Nous avons un plan d’action », etc. Mais une fois ces messages épuisés, le problème n’était toujours pas réglé, alors l’équipe de communication a proposé de demander leurs idées à la population.

Lorsque nous sommes conscients du nombre d’idées que peuvent générer des campagnes de « crowdsourcing », nous constatons qu’il est impossible que BP, en situation de crise, ai eu les ressources, ou le temps d’évaluer les suggestions reçues. Ils ont probablement fait de leur mieux pour les considérer, mais la raison première de cette tactique était sans doute de sembler être un bon citoyen corporatif qui se montre humble et demande de l’aide à toutes les ressources possibles. De cette façon, l’opinion publique est devenue plus favorable à l’idée de donner un délai supplémentaire à BP pour régler le problème.

L’exemple Clipdub : le contenu

Ça n’est pas d’hier que nous aimons regarder des vidéos cocasses, filmés à la maison. Des émissions telles que « Drôles de vidéos » demandaient aux auditeurs d’envoyer leurs vidéos. Mais maintenant, avec ce qu’il y a de disponible sur internet, les émissions comme « Clipdub » peuvent tout simplement aller piger dans la toile.

Le contenu visuel, que ce soit des images ou des vidéos provenant de sites tel que iStockphoto ou Getty, et le contenu rédactionnel, qu’il provienne de blogues ou de banques d’articles, font en sorte que le consommateur peut être photographe ou journaliste, et que le photographe et le journaliste deviennent respectivement concepteur et éditeur.

Un outil pour certains communicateurs, une menace pour d’autres. Chacun a une perception différente de ce que le contenu généré par les utilisateurs peut devenir. Mais réellement, le « crowdsourcing » est-il une opportunité ou une menace?

 

Sources:

http://www.wired.com/wired/archive/14.06/crowds.html

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/magazine/8788780.stm

http://www.marketingvox.com/the-pros-and-cons-of-crowdsourcing-a-marketing-campaign-045985/

http://mashable.com/2011/08/17/crowdsourcing-marketing/

http://www.marketingmag.ca/news/marketer-news/the-end-is-here-for-doritos-27020?print

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Crowdsourcing » : Opportunité ou menace ?

  1. Luc Lefebvre dit :

    Opportunité, en quelque sorte. Le « crowdsourcing » est une technique et une technique ne peut être une opportunité ou une menace. Elle comporte ses O/T en soi, mais elle reste juste une technique.

    En somme, utiliser la technique du « crowdsourcing » est une opportunité pour une organisation. C’est à elle de décider si elle utilise cette technique ou non. De cette manière, elle ne peut être une menace. Cependant, l’utilisation du « crowdsourcing » comme technique comporte en elle des opportunités/menaces bien précises, mais qui sont contrôlables à un certain niveau.

    Donc, le crowdsourcing, de par sa définition en tant que « technique » est une opportunité… une corde de plus à son arc, quoi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s