Combat de coqs

Après avoir parlé la semaine dernière dans mon billet des associations entre organisations et vedettes, une nouvelle d’actualité montréalaise m’a sauté aux yeux et ne fait que confirmé ce rapport donnant-donnant dont je vous parlais.

Je vous amène moins d’un an en arrière, la rue Laurier faisait parler d’elle comme jamais. Le célèbre et controversé chef Gordon Ramsay avait décidé de prêter son nom à la nouvelle version revue et corrigée du populaire Laurier Barbecue. Autrefois une institution renommée quant au poulet à Montréal, le Laurier BBQ avait perdu bien des plumes.
Dès son ouverture, le “nouveau” restaurant de la rue Laurier attirait soir après soir des curieux qui avaient envi de goûter aux recettes personnelles du célèbre chef britannique de l’émission télévisuel Hell’s Kitchen. Même le nom avait tout pour rappeler l’association entre le chef et le restaurant, oubliez le Laurier BBQ, c’était maintenant le Laurier Gordan Ramsay. On était prêt à attendre plus de 3 heures pour goûter à ce qui, à la fin de la journée est du poulet rôti tel qu’on peut en manger au St-Hubert. Le nom de Gordon Ramsay était sur toute les lèvre et était assurément la raison de ce succès monstre.

Voici une vidéo produite par le site web du journal anglophone The Gazette couvrant l’ouverture du nouveau et premier restaurant de Gordon Ramsay en sol montréalais.

Quelques mois après l’ouverture, les confettis sont retombés. On devait s’y attendre, mais quoi qu’il en soit le Laurier Gordon Ramsay reste tout de même un restaurant achalandé de la  magnifique rue Laurier.
Attendez! Qu’est-ce que je dis là? À ce jour, le Laurier Gordon Ramsay n’existe plus, il s’agit maintenant du Laurier 1936. Écoutez, si vous le voulez bien, la suite de cette histoire qui s’est déroulé bien au delà des cuisines.

L’associé de Gordon Ramsay,  Danny Levy, copropriétaire, du feu Laurier Gordon Ramsay, a reproché au chef-vedette de ne pas avoir rempli ses  obligations tel qu’ils s’étaient entendus plusieurs mois auparavant. Il lui reproche de ne pas s’être présenté à la populaire émission Tout le monde en parle et aussi de ne pas s’être présenté au restaurant après l’ouverture. Son manque de collaboration est l’une des causes principales dans ce conflit selon Levy.

L’homme pour qui son nom est associé à plus de 21 restaurants dans le monde affirme avoir rempli ses tâches de ”porte-parole” au moment de l’ouverture tels que plusieurs entrevues pour les médias montréalais et de plus par la rédaction de nombreux “tweets” qui visaient à faire la promotion du restaurant.

Le tout se termine avec une poursuite de l’ordre de 500 00$ contre Levy pour dommages moraux et punitifs. Il serait dommage de voir le Laurier 1936 battre de l’aile après la fin de cette association.

Encore une fois, on peut se rendre compte que ce genre d’association peut être gagnante mais peut aussi souvent tourner à la poisse. Il faut toujours se rappeler que les figures connues de cette planète sont des gens ultra convoitées et occupées, et qu’ils ne peuvent malheureusement pas toujours remplir toutes les obligations auxquels on s’attend d’eux.

N’inquiétez-vous pas, qu’il s’agisse du Laurier Gordon Ramsay ou du Laurier 1936, le poulet reste le même.

Sources :
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201203/21/01-4507871-le-chef-gordon-ramsay-poursuit-le-laurier-de-montreal.php

Publicités

A propos Samuel Bouffard

Every creation should be framed.
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Combat de coqs

  1. myriamailleurs dit :

    Un porte-parole ou un prête nom… En restauration, les chefs vedettes sont de plus en plus utilisés pour engendrer des visites et une notoriété. Malheureusement, il n’y a pas de lien à faire entre le talent créatif et cuilinaire d’un chef et son talent de communicateur (ou ses contacts…). Les chefs sont devenus des vedettes qu’on utilise pour vendre du poulet ou des viandes froides. Ce qui est arrivé au Laurier n’est pas de la faute à Gordon Ramsay. Ce dernier connaît la « game ». Il a déjà signé une vingtaine de restaurants qui lui rapportent un maximum de cash. Il est une vedette, il fait un « show », son nom fait vendre et il empoche. C’est de la business! C’est un peu naif de la part des propriétaires de la rotisserie de croire que le chef vedette viendrait passer ses samedis soirs accoudé au bar du Laurier Gordon Ramsay. La rôtisserie Laurier a eu droit à la gloire du nom Ramsay. Maintenant, je m’attend à ce que le resto vende… du poulet!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s