Gérald Tremblay a la conscience tranquille

On l’attendait depuis longtemps, la voici enfin : la Commission Charbonneau. Une commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction.

Les soupçons planaient depuis longtemps sur les différents acteurs liés à l’acquisition de contrats publics en construction et probablement que, depuis que Jean Charest a annoncé la mise en place de la commission d’enquête, les relationnistes des différentes parties travaillent d’arrache pied pour monter une stratégie de communication et déterminer de quelle façon cette crise sera gérée.

Au départ, ce billet devait porter sur les vidéos dévoilées par la GRC et la réaction que cette révélation a suscitée chez le maire de Montréal, Gérald Tremblay. Cependant, l’actualité des derniers jours a fait dévier le sujet de mon billet sur les déclarations faites par l’entrepreneur en construction Lino Zambito à la Commission Charbonneau et sur la réponse du maire. Dans La Presse d’hier, on pouvait lire la déclaration choc que M. Zambito a fait à la Commission Charbonneau: pour tous les contrats qu’il a réalisé pour la Ville de Montréal, des sommes de 3% ont été versées au parti du maire Gérald Tremblay, Union Montréal.

« J’ai la conscience en paix »

Rapidement, les réactions se sont faites entendre et la ligne directrice de l’administration Tremblay dans cette situation est devenue claire: nous ne sommes par responsable. Cet article de Karim Benessaieh dans La Presse titrait d’ailleurs que Gérald Tremblay a « la conscience en paix ». Personnellement, je commence à trouver cette position agaçante. M. Tremblay semble n’être jamais au courant de quoi que ce soit et se déclare blanc comme neige dès qu’on accuse son administration de corruption. Il en a été de même lors de la diffusion à la commission d’enquête des fameuses vidéos de la Gendarmerie Royale du Canada, montrant des entrepreneurs en construction fraternisant avec la mafia. La réaction de Gérald Tremblay a été d’accuser la GRC d’inaction et d’affirmer que s’il avait vu ses images avant il « aurait agi encore d’une façon différente ».

Face à cette position campée par Gérald Tremblay dans les médias, je me question sur la stratégie adoptée par les relationnistes de son administration dans cette affaire. Comment peut-on encore et encore affirmer qu’on a rien vu venir et que l’on a rien à se reprocher quand tout ce qui sort dans les médias actuellement affirme le contraire? La seule réponse plausible est qu’il ne s’agit pour le moment que d’allégations et que rien n’est prouvé. Qu’affirmera-t-on alors dans les médias si ces allégations s’avèrent réelles? Il faudra observer attentivement le positionnement de l’administration Tremblay et fur et à mesure que la lumière se fera sur ces histoires de corruption et attendre le verdict officiel pour enfin savoir qui dit vrai.

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Gérald Tremblay a la conscience tranquille

  1. madeleinebrunet dit :

    Opter pour la position de l’innocence est une stratégie qui a ses avantages.
    « Je n’étais pas au courant » est une phrase simple qui peut rejoindre chacun d’entre nous. On a tous été confrontés à ce genre de situation : il s’est passé quelque chose dans notre entourage. Ça couvait, juste sous nos yeux, mais on n’a rien vu venir.
    Cette position peut donc semer un doute dans les esprits.
    Mais le nombre de personnes proches de Gérald Tremblay qui sont impliquées dans ce scandale grandit. Répéter encore et encore la même phrase n’est pas une stratégie que je recommanderais. Dans le meilleur des cas, Monsieur Tremblay passe pour un incompétent; au pire pour un homme corrompu.

    Pourtant, on voit maintenant le maire Gilles Vaillancourt opter pour le même type de stratégie. La police perquisitionne chez lui. Il dit qu’il ne comprend pas pourquoi.

    Si l’objectif est de gagner du temps en évitant de répondre réellement aux questions, ça peut fonctionner. Mais pour redorer l’image de ces élus, il aurait fallu accepter de répondre de manière directe aux questions et, dans la mesure du possible, apporter des preuves de la bonne foi de ces dirigeants. Par exemple, Monsieur Tremblay aurait pu publier un courriel dans lequel il rappelle à ses collaborateurs des règles d’éthique.

    • mathildecondrainmorel dit :

      Merci Mme Brunet de votre commentaire!
      Effectivement, je comprends que la stratégie de laisser croire que nous ne sommes au courant de rien peut permettre de gagner du temps, mais comme nous l’avons toutes les deux mentionné: cette stratégie commence à faire défaut, plus le temps passe. À ce stade-ci, je me demande quelles actions pourraient permettre au maire Tremblay et au maire Vaillancourt de regagner leur crédibilité respective. Y a-t-il des suggestions?

      • madeleinebrunet dit :

        Comme je le suggérais dans mon commentaire précédent, le maire de Montréal doit prouver sa bonne foi. Il ne peut plus se contenter de dire « je n’étais pas au courant ». N’importe quel élu qui dispose de gros budgets sera un jour approché par des personnes qui espèrent en tirer avantage. En tant que maire de la ville, il avait le devoir de préparer ses collaborateurs à cette situation et de leur fournir les outils pour s’en protéger. Il avait aussi le devoir de surveiller ce qui se passe dans « sa ville ». S’il a posé les gestes que lui impose cette situation, il doit être en mesure de le prouver: formation reçue par le personnel, directives claires transmises par courriel, politique écrite de la ville, mesure de vérification et contre-vérification de la facturation…
        Personnellement, je ne vois rien d’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s