Le Collège des Médecins à la dérive

Depuis quelques semaines, le Collège des Médecins est accusé de complaisance envers certaines situations douteuses reliées à des pratiquants de la médecine. Des médecins ne respectant pas les règles de pratique de leur discipline ou même ayant des inconduites envers des patients(es) auraient reçu des sanctions banales par le Collège des Médecins. Yves Boisvert rapporte, dans sa chronique parut dans La Presse le 26 septembre 2012, que le Collège de Médecins aurait adouci des peines envers certains médecins aux pratiques discutables. Pour quelles raisons le Collège des Médecins agirait-il de cette façon? Pour protéger son image? Il semble que justement, il s’agit plutôt d’un manque d’éthique professionnelle.

Par exemple, un médecin a été retrouvé accusé d’avoir eu des inconduites sexuelles avec des patientes psychologiquement vulnérables. Le conseil de discipline, en réponse à ce manquement au code de déontologie des médecins, a décidé de radier le médecin concerné pour une courte période – soit de deux mois – à condition qu’il s’avoue coupable. De plus, selon l’enquête d’Yves Boisvert, ce médecin aurait reçu une immunité contre tous les autres cas d’inconduite qui pourraient éventuellement apparaître dans le futur. Et ce n’est pas un cas unique.

Il y a aussi les nombreux examens qui doivent être repris. J’entends ici les 22 000 mammographies et les 600 coloscopies qui n’ont pas été faites selon les standards de la pratique et qui pourraient être sujets à erreurs. C’est énorme. Quelle image cela donne-t-il à l’institution des médecins du Québec? Quelles mesures auraient dû être mises en place pour qu’ils évitent de se retrouver devant le fait accompli?

Mettre en place un meilleur suivi et une plus grande rigueur des pratiques? Des règles plus strictes et des sanctions plus sévères à l’interne? Une plus grande transparence envers sa clientèle?

Évidemment, tous les cas ne sont pas pris à la légère. Par exemple, le Dr. Pierre Mailloux fait sujet d’une importante poursuite du Collège des Médecins pour avoir prescrit des surdoses de médications à certains clients malades. Toutefois, le Collège des Médecins se trouve dans une situation de crise depuis quelques mois. Il devra trouver le moyen de redorer son image publique tout en remédiant aux divers problèmes de gestion de son personnel.

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Collège des Médecins à la dérive

  1. filionvanessa dit :

    Je me demande comment le Collège des Médecins va faire pour trouver un moyen d’améliorer leur image. Comme vous le disiez, les 22 600 examens qui seront à refaire, c’est énorme! Et si dans les examens effectués, ils trouvaient effectivement des erreurs? Comment vont-ils pouvoir gérer cela? Les patients vont surement en faire un drame dans les médias. Comme par exemple, un patient qui découvre qu’il a le cancer du colon après avoir fait refait sa coloscopie car les standards n’étaient pas respectés! C’est grave. Il y a aussi le fait que certains médecins aient eu un traitement de faveur qui me décourage, pourquoi faudrait-il les traiter différemment?

  2. mhlangelier dit :

    Effectivement Vanessa, c’est décourageant comme situation. Le Collège des Médecins est une organisation établie pour gérer les agents de la médecine et réglementer leurs pratiques. Où allons-nous si ceux qui font mal leur pratique ne sont pas adéquatement punis? Qu’arrive-t-il, en effet, aux victimes de ces erreurs d’examens? Nous confions notre santé et notre vie dans les mains des médecins et spécialistes de la santé, il est primordial que ceux-ci soient rigoureux dans leurs méthodes. Il faudra toutefois attendre les résultats des revues d’examens de coloscopies et de mammographies pour voir le développement de la situation. Espérons seulement que d’ici-là, le Collège des Médecins aura mis sur pied une stratégie de gestion de crise éthique et adéquate.

  3. michelelava dit :

    Je trouve intéressant cette histoire de sanctions adoucies envers les médecins fautifs. Il est déplorable de savoir qu’ils sont jugés moins sévèrement pour les fautes commises et effectivement l’image du Collège des Médecins va très certainement en être affectée.

    En lisant ton texte, la première chose qui m’est venue en tête c’est de savoir s’il y a un lien à faire avec le fait qu’il y ait un manque criant de médecins au Québec… Les fautes sont-elles pardonnées plus facilement afin de ne pas engorger encore plus les milieux hospitaliers?!

    • mhlangelier dit :

      Très bon point! C’est un lien intéressant à faire. Peut-être qu’effectivement, si le nombre de pratiquants de la médecine était plus élevé, le Collège des Médecins aurait moins de scrupule à sanctionner les fautifs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s