Monsanto : une brèche dans la forteresse OGM

Le 19 septembre dernier, la presse française et internationale, se faisaient l’écho d’une étude choc menée sur les OGM par le professeur Gilles-Éric Séralini. Celle-ci affirmait que des rats nourris, pendant deux ans, avec du maïs OGM NK603 de Monsanto, développaient d’importants risques pour la santé. Même si par la suite cette étude a été  plus ou moins invalidée par les autorités européennes, ceci pose, tout de même, un défi à l’organisation en termes de relations publiques.

Rupture avec ses publics

Lorsqu’un tel retentissement médiatique déchaîne l’opinion publique et les médias à travers l’Europe et le monde, ce sont tous les liens  que Monsanto a tissé au fil des ans avec ses publics qui s’effritent et menacent  de se rompre.  Afin de vendre ses produits OGM et son herbicide, l’organisation a dû, à renfort de campagnes de publicité, de relations publiques et de lobbying, convaincre que ses produits ne représentaient aucun problème pour la santé humaine et l’environnement.  Malgré les nombreuses polémiques et les nombreuses controverses sur la culture des OGM, jamais aucune étude n’avait clairement mis en cause la dangerosité de ses produits.

Perte de crédibilité

Le lien privilégié qui unit une organisation à ses publics, marche comme une relation de confiance. Les publics d’une organisation attendent d’elle une information fiable, juste, précise et claire.  Lorsqu’une étude, indépendante, sur les OGM, remet en cause toutes les études précédemment réalisées par Monsanto, c’est toute la crédibilité de l’organisation qui est ébranlée.  L’effritement du lien avec ses publics peut entrainer une perte de crédibilité nuisible pour l’entreprise qui ne sera plus jugée comme étant honnête et digne de confiance. Peu importe que l’étude ait été invalidée ou non par l’agence sanitaire européenne, le mal a déjà été fait, car le doute et la crainte se sont installés. Il s’agit d’une sérieuse brèche dans la forteresse de communication érigée par Monsanto autour de la question des OGM.

 

Sources

Agence France Presse. « OGM : Une étude choc sur les rats évoque une mortalité alarmante». Le Point. http://www.lepoint.fr/science/mortalite-alarmante-pour-des-rats-nourris-avec-un-mais-ogm-19-09-2012-1507796_25.php (site consulté le 8 octobre 2012)

Faculté de l’éducation permanente. Vocabulaire des relations publiques. http://www.fep.umontreal.ca/rp/vocabulaire/credibilite.html(site consulté le 8 octobre 2012).

Mennessier Marc. « OGM : l’étude choc sur les rats invalidée par l’Europe ». Le Figaro. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/10/04/19229-ogm-letude-choc-sur-rats-invalidee-par-leurope (site consulté le 8 octobre 2012)

 

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Monsanto : une brèche dans la forteresse OGM

  1. heloisegautier dit :

    Ton billet est intéressant et résume très bien la situation et l’image actuelle de Monsanto.
    Comme tu l’as souligné dans ton texte, validé ou pas, l’étude sur les OGM a fortement discrédité Monsanto aux yeux du public, les consommateurs étant déjà méfiants.
    Pour moi, la publicité et tous les dispositifs qu’ils ont utilisé par la suite pour convaincre la population que leurs produits sont sains pour la santé et pour l’environnement, ont plutôt remué le couteau dans la plaie que rassuré l’opinion.
    Une des solutions qu’aurait Monsanto pour retrouver sa crédibilité et la confiance des consommateurs, serait de procéder à de véritables études, transparentes, « ouvertes » au public.
    Bien sûr il faudrait que Monsanto conduise ces études avec d’autres laboratoires (qui, par exemple ont montré des résultats néfastes pour le corps et l’environnement) ce qui augmenterait la fiabilité des résultats aux yeux du public.
    Bien entendu si les OGM sont effectivement dangereux pour la santé, ils ne monteront évident jamais ces études.
    C’est une situation délicate pour les relationnistes car ici , le problème touche à la santé public et à l’abus de confiance finalement.

  2. arielle525 dit :

    Fort intéressant comme billet. Par contre, je crois qu’il est important d’aborder de manière plus précise les moyens utilisés par Mosanto pour convaincre le public que leurs produits ne représentent pas un problème pour la santé et l’environnement (en quoi consistent ces mesures?). Aussi, quel est ton avis quant à la stratégie employée par les relationnistes? Était-ce la bonne? Qu’auraient-ils pu faire de mieux? Par aillerus, il est intéressant de voir le parallèle entre la crise que connaît Mosanto et les études faites sur le tabac,l’impact que cela a sur les compagnies de tabac et comment celles-ci gèrent leur crise. Est-ce que Mosanto risque de se faire poursuivre tout comme les grandes compagnies de tabac? En effet, comme le metionne Héloïse, il s’agit d’une situation très délicate pour les relationnistes et il faut la gérer très prudemment!

  3. azemwazna dit :

    Salut
    Monsanto est un empire aux bras très long et ce n’est pas la première fois qu’il réussit a contourner les lois. Peu importe les études qui prouveraient les effets néfastes des OGM, Monsanto aura une contre-étude à l’appui!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s