Le blogueur a-t-il un devoir d’auto-censure ?

Jusqu’à quel point l’auteur d’un billet est-il en mesure d’exprimer toutes ses idées et ses opinions ? Vous me répondrez, probablement, que tant que le propos n’est pas haineux ou discriminatoire, la liberté est totale. Permettez-moi, ici, d’en douter !

Image extraite du blogue de Maniac Geek : http://maniacgeek.wordpress.com

Aux blogueurs qui militent : gare à vous !

Quand on parle de censure sur la toile, on pense très vite aux pays que Reporters sans frontières appellent Les ennemis d’Internet (Arabie Saoudite, Chine, Corée du Nord, etc.) et pourtant …

Un blogueur peut être censuré :

Conseil à nos amis blogueurs

Rappelez-vous, chers amis, même dans un pays démocratique où la liberté d’expression fait partie des libertés fondamentales, vous devez vous engager à faire preuve :

  • d’intégrité,
  • d’honnêteté,
  • d’empathie,
  • de respect aux personnes, et
  • de loyauté

Vous ne devez pas oublier que ces obligations ont pour but de favoriser l’expression de toutes les opinions dans le respect de tous et de chacun.

Conseil à nos amis étudiants en relations publiques

Ces mêmes obligations vous concernent puisqu’elles reflètent celles énoncées dans le Code de déontologie de la Société québécoise des professionnels en relations publiques et dans le Code de déontologie de la Société canadienne des relations publiques.

Deux ouvrages qui sont peut-être déjà vos livres de chevet 😉

Et la vérité dans tout ça ? Est-elle toujours bonne à dire ?

Je vous répondrai simplement « oui » mais ce serait un peu court ! Lisez plutôt l’excellent article du relationniste Pierre Gince : Faut-il dire toute la vérité aux journalistes ?

Vous comprendrez en lisant ceci qu’il y a plusieurs types de vérités : celle qui doit demeurer confidentielle (vous vous rappelez … l’obligation d’intégrité …), celle qu’on essaie de nier mais qui vous revient en pleine face tôt ou tard (l’affaire Clinton ou le cas Lance Armstrong sont de bons exemples), celle qui n’a pas encore été commentée.

Je me permettrais donc un dernier conseil  concernant la vérité :
Qu’elle ne soit pas agréable à dire, qu’elle ne soit pas facile à entendre, elle doit être votre norme en tout temps. Il en va de votre crédibilité et de la confiance que vous inspirerez autour de vous, chers amis blogueurs, chers amis étudiants.

Et souvenez de ceci : « Dans toutes discussions que la vérité soit ton but, plutôt que la victoire ou l’intérêt », William Penn.

Publicités
Cet article, publié dans Réflexions publiques, Travaux étudiants, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le blogueur a-t-il un devoir d’auto-censure ?

  1. cristodeglas dit :

    Même pas vrai 🙂

  2. cristodeglas dit :

    Je pense que les blogues n’ont pas tous la même portée. Les uns étant le prolongement d’une activité à caractère professionnel ou public (un site web journalistique ou gouvernemental), les autres étant une sorte de journal de bord ou de journal intime et relevant donc de la sphère personnelle (http://glossaire.infowebmaster.fr/blog/).

    D’abord, un billet posté sur un site professionnel se doit de respecter le code de déontologie de celui qui rédige. En effet, la personne qui alimente un blog professionnel pour le compte de son entreprise est souvent chargée de communication au sein de l’entreprise en question. Il n’est donc pas dans son intérêt de tenir des propos personnels et de surcroit nuisibles à l’entreprise. Agir de la sorte serait considéré comme un faute professionnelle. Dans ce cas, donc, l’autocensure n’a pas lieu d’être.

    Ensuite, un particulier qui poste un billet qui ne respecte pas les conditions d’utilisation sur un blogue public n’est pas obligé de se censurer. Il court alors le risque de se faire intercepter par le modérateur qui garantit la légalité des propos tenus par les intervenants sur le blogue (http://alias-community.over-blog.com/article-qu-est-ce-qu-un-moderateur–41035426.html). Les conditions d’utilisation du blogue spécifient les propos jugées correctes ou non. Le non respect de ces conditions peut entrainer une éviction de l’intervenant.

    Enfin, Un blogue à titre personnel n’engage que la personne qui l’alimente. Elle peut donc en toute franchise étaler ses points de vue, sans se censurer. Le lecteur qui serait dérangé par certains propos peut simplement les ignorer. Par le fait, il en amoindrira la portée. Il peut également alerter le modérateur pour non respect des conditions d’utilisations. Pour terminer, peut-être que Jean de La Fontaine aurait eu cette morale : tout blogueur vit au dépend de celui qui le lit, cette leçon vaut bien un billet !

    Texte rédigé en tenant compte de la nouvelle orthographe.

  3. virginiemesguich dit :

    Merci Cristodeglas pour votre commentaire étayé. Vous rappelez, à juste titre, qu’il existe différents types de blogues et je suis d’accord avec vous sur le fait que dès que le blogueur agit pour le compte d’un organisme ou d’une institution, à titre professionel, il se doit de respecter les règles imposées par la politique établie par cet organisme ou cette institution. Nous l’avons d’ailleurs expliqué en classe lors de l’élaboration de la ligne éditoriale du blogue sur lequel nous échangeons aujourd’hui. Il est donc important que le gestionnaire de blogue soit toujours au fait de la politique éditoriale et des conditions de modération. Il pourra ensuite, en fonction de son expérience du blogue et de la connaissance de son milieu de travail, proposer des améliorations.

    Je garde, cependant, une certaine retenue concernant vos propos relatifs aux blogues dits plus « personnels ». Je comprends votre point de vue qui soutient la liberté d’expression mais je ne suis pas certaine que nous soyons autorisés à tenir des propos de toutes sortes et ce, notamment, pour des raisons légales. Par exemple, si j’accuse, sur mon blogue et sans preuve, mon voisin d’un fait grave, je risque tout simplement d’être poursuivie au tribunal. C’est en ce sens que j’ai souhaité rappeler les obligations du relationniste mises en parallèle avec celles du blogueur.

    J’ajouterais enfin qu’une note du type : « Les propos tenus sur ce blogue ne représentent que l’opinion de leurs auteurs » sur les blogues personnels sont à recommander pour éviter toute discorde entre le blogueur et l’organisation pour laquelle il travaille.

    Vous suscitez, dans tous les cas, ici, une discussion intéressante … !
    Pour compléter et finaliser votre version du poème de Jean de La Fontaine, je dirais :
    « Le blogueur, heureux et averti, jura avec confiance avoir bien tout compris » 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s