Une campagne qui a du style !

Novembre approche. Messieurs, sortez vos peignes et vos ciseaux !
Le mouvement Movembre a changé la face du monde en transformant un mois terne et froid en grande foire d’exposition de la plus belle moustache.

Un jeu des plus sérieux

En 2003, deux Australiens décidaient, par simple jeu, de remettre la moustache au goût du jour. En 2011, cette campagne de financement rassemblait plus de 850 000 membres et amassait 125,7 millions $ au profit de la santé masculine.

Qu’est-ce qui explique la montée fulgurante du mouvement Movember ?
Je suis allée voir du côté du ruban rose ou des têtes rasées. La liste des similitudes entre ces trois campagnes est longue. Mais à mes yeux, la moustache a une petite touche spéciale dont les deux autres ne peuvent se vanter.

Pour hommes seulement !

Pour faire autant d’adeptes, il faut que ce mouvement rejoigne facilement les hommes. Or, cette campagne affiche deux caractéristiques typiquement masculines.
D’abord par le signe de reconnaissance choisi.   Aucune femme ne voudrait rivaliser avec les hommes sur ce terrain.
Autre point fort : respecter la pudeur extrême des hommes pour tout ce qui touche à leur santé. Les différentes fondations ne savent plus comment nous émouvoir. Des femmes posent les seins nus, affichant les ravages que laisse le cancer dans son sillage. Les hommes, quant à eux, n’ont pas eu à baisser leur pantalon.

Le génie est dans la moustache

Recruter autant adeptes en si peu de temps est déjà un exploit en soit. Reste à attirer l’attention du public. Quelques poils sous le nez, et le tour est joué !

Hommes politiques, acteurs, collègues de bureau et étudiants arborent des moustaches aux formes improbables. On rit. On désespère. L’essentiel, c’est qu’on en parle. Chaque Mo Bro est un véritable panneau publicitaire. Mieux qu’une affiche dans le métro : il ne se fait pas payer, il amasse des fonds.

J’aime le mouvement Movember pour son caractère « Mini-Wheats ». Il a réussi à sortir du registre dramatique, sans basculer dans le futile. La réussite de cette campagne ne serait pas complète si le message n’était pas passé : la santé des hommes, c’est du sérieux. Au cancer de la prostate, on ajoute cette année le volet santé mentale au masculin.
Et je suis convaincue que vous allez en entendre parler.

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Une campagne qui a du style !

  1. ariannefrechettedemers dit :

    En ce premier novembre, je suis certaine de voir apparaître quelques moustaches dans mon entourage. Seulement, je me demande une chose : combien d’hommes portant la moustache pendant le mois de novembre amassent des fonds pour la santé au masculin ? Pour plusieurs, la moustache est d’abord une manière d’afficher leur solidarité envers la cause. J’ai donc cherché quelques chiffres pour comparer le succès des évènements de ce genre. Selon Radio-Canada, la campagne movembre 2011 aura permis d’amasser plus de 36 millions de dollars à travers le Canada alors que le défi têtes rasées 2012 aura amassé 4,7 millions au Québec, selon le site de la campagne. À leur manière, les deux campagnes sont un succès : il est plus accessible de se laisser pousser la moustache que de se faire raser les cheveux !

    • madeleinebrunet dit :

      Vous soulignez un point important: esthétiquement, il est beaucoup plus facile de se laisser pousser la moustache que de vivre avec un crâne rasé. C’est un des facteurs de réussite de cette campagne.

      Et effectivement, les porteurs de moustache ne sont pas tous impliqués dans la levée de fonds. Cependant, par leur geste de solidarité, ils font de la publicité à Movember.

      En fait, ce qui m’impressionne, c’est la rapidité avec laquelle cette campagne de financement s’est taillée une place de choix dans la société et dans les médias.
      Mais il faut rendre à César ce qui est à César : les femmes qui ont milité pour la lutte contre le cancer du sein ont ouvert la route à Movember. Les journalistes et le grand public sont aujourd’hui plus sensibles au drame du cancer. Je suis convaincue que la montée de Movember n’aurait pas été aussi rapide s’il n’y avait pas eu de précédent.

      Pour finir, je veux souligner qu’aujourd’hui, il est facile de croire qu’en donnant 5$, on peut effectivement changer les choses. Les chiffres sont là pour le prouver : le taux de mortalité du cancer du sein a diminué de 25% au cours des trente dernières années.
      Les levées de fonds ont permis de financer la recherche et les campagnes d’information. Le dépistage est plus précoce. Les traitements mieux adaptés.
      Devant ces faits, les hommes peuvent croire que pour eux aussi, c’est possible.

  2. guenettemelanie dit :

    Travaillant dans les domaines de l’intervention, la prévention et la sensibilsation, je suis un peu mitigée vis-à-vis cette campagne. D’un côté, Movember possède une touche rigolote que j’adore et apporte un vent de fraîcheur, à mon avis. Par contre, je déplore du même coup le fait que beaucoup d’hommes portent la moustache sans trop savoir pourquoi, pour avoir l’air « cool », sans réellement participer au financement ou se soucier de la cause. Ensuite, je me questionne à savoir ce que nous transmet comme information cette campagne? Très peu. On parle des moustaches des gens, on met des moustaches à nos avatars Twitter, nos photos de profil Facebook, mais combien de personne parlent du nombre d’hommes touchés par cette maladie? Combien de gens connaissent les symptômes et conséquences de ce type de cancer? Qui est en mesure de parler des traitements nécessaires pour traiter la maladie? Bref, super comme campagne pour amasser des fonds, à mon avis, mais plutôt pauvre au niveau de l’information et de la sensibilisation réelle.

    • madeleinebrunet dit :

      C’est vrai que peu d’information est véhiculée actuellement. Personnellement, j’attribue cela au fait que beaucoup d’hommes sont encore gênés de parler de leur prostate. Je crois qu’avec le temps, les choses changeront.
      Combien de gens ont souffert en silence de « maladies honteuses » ou d’inceste ? On a oublié que pendant longtemps, on ne parlait pas de « ces choses là ». Certains tabous ont la vie dure : l’analphabétisme, l’incontinence urinaire … et le cancer de la prostate.
      Je crois que pour ce dernier point, on est sur la bonne voie. La campagne Movember mène les journalistes à faire des reportages sur la question. L’information va faire son chemin.
      Le privilège qu’a Movember, c’est de pouvoir se permettre de faire les choses à l’envers. Ce mouvement est capable de rassembler et d’amasser des fonds avant de faire le travail de conscientisation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s