Quand l’expression «se faire prendre pour une valise» prend tout son sens…

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) faisait une troisième perquisition dans les coffres bancaires du maire de Laval ce mercredi . Incapable de supporter la situation, et sous prétexte de maladie, son administration nous annonçait ensuite, lors d’un point de presse, que Gilles Vaillancourt se retirait temporairement de son poste afin d’aller réfléchir à son avenir. «La seule crise de laquelle on peut parler à Laval actuellement, c’est la crise qui affecte M. Vaillancourt. C’est une crise personnelle et non pas une crise autre que cela» nous apprenait Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif de la ville de Laval.

Il n’y a pas de crise?!

Je veux bien croire que le maire de Laval traverse une période difficile et qu’il traverse une crise personnelle, mais de là à dire que la ville n’est pas en crise, c’est nous prendre pour des valises! La réputation de la ville est en jeu à cause d’un scandale de corruption tel que l’indique Michel Munger sur ARGENT. L’image du domaine de la construction ainsi que des firmes d’ingénierie de la ville de Laval est ternie. Il risque même d’y avoir une baisse d’investissement et un ralentissement des projets déjà entamés. Alors pourquoi le maire ne s’adresse-t-il pas à son public, les contribuables lavallois, afin de remettre les pendules à l’heure? Où est son équipe de relations publiques?

Transparence = relations publiques

Selon un rapport de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), «la corruption mine la démocratie et la légitimité des gouvernements. Par conséquent, les gens perdent confiance dans leurs institutions». Il n’y a aucune preuve jusqu’à aujourd’hui contre le maire Vaillancourt. Pourtant, de simples allégations de corruption sont en train de remettre en cause sa réputation et celle de son administration. Si la ville de Laval traverse une crise présentement c’est parce que M. Vaillancourt a manqué de transparence, et donc, de relations publiques. Normalement, une bonne administration travaille pour son public. Le travail se fait en amont afin de prévenir les crises. Gilles Vaillancourt aurait dû faire preuve d’intégrité et de rigueur depuis son arrivée à l’hôtel de ville. De plus, s’il avait eu une bonne équipe de relations publiques, il aurait pu éviter le scandale de corruption auquel il fait face aujourd’hui.

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Quand l’expression «se faire prendre pour une valise» prend tout son sens…

  1. madalinaburtan dit :

    Bonjour Ariane

    Je ne sais pas si une bonne équipe de relations publiques aurait pu éviter le scandale de corruption, car s’il y a une limite au travail des relationnistes, je crois qu’il faut la chercher au niveau de l’éthique. Thierry Libaert propose d’ailleurs une réflexion intéressante à ce sujet ici : http://www.communication-sensible.com/articles/article0159.php.

    Par contre ce que je trouve bien exprimé dans ton texte est le fait que le travail des relationnistes doit se faire en amont des crises, et c’est à ce moment-là que les relations publiques sont plus que jamais une fonction de gestion. C’est bien dans les situations problématiques qu’on se rend compte de l’impact majeur des relations publiques dans la perception du public. Je pense à la cohérence des messages dans les médias, à la préparation des gestionnaires ou des porte-paroles pour les contacts avec les médias, et même à la préparation des membres clés de l’organisation, comme dans le cas exposé, M. Basile Angelopoulos.

    • Merci pour ton commentaire Madalina et pour le lien. Au contraire, je crois que l’éthique est à la base des relations publiques. Il faut connaître nos limites et savoir jusqu’où on est prêt à aller lors du développement d’une stratgie ou d’une campagne. Quand j’écris que le travail se fait en amont des crises, je veux dire que c’est justement là ou l’éthique devient importante; pas une fois que la crise à éclaté. Le fait de respecter un code d’éthique lors de notre travail en tant que relationniste nous permet de ne pas tomber dans des situations délicates et de les éviter. Si Gilles Vaillancourt avait su bien s’entourer depuis le début de se carrière (je parle ici de gens honnêtes); il y a de fortes chances qu’il ne soit pas mêlé aujourd’hui à un scandale de corruption

  2. julien0687 dit :

    Bonjour Ariane

    Le sujet de ton commentaire est très intéressant. La corruption dans le milieu politique est un problème important. Je ne sais pas si cela aurait été opportun, mais tu aurais pu faire un lien avec ce qui se passe à la ville de Montréal, qui est à peu près dans la même situation. D’ailleurs je trouve que tu nous exposes bien les enjeux économiques pour la ville qui découlent de cette problématique.
    Tu mets en avant la stratégie du Maire et de son administration en montrant qu’ils ont choisi de nier la crise et de faire comme si rien ne s’était passé. Cela s’appelle faire la politique de l’autruche. Même si l’on peut la trouver déplorable de notre point de vue, il s’agit d’une stratégie tout de même. Mais je pense comme toi que cela démontre l’impréparation de l’équipe du Marie. Mais peut-on vraiment les blâmer pour cela? En effet, j’imagine mal le maire réunir son équipe de relations publiques (s’il en a une) et de leur dire voilà messieurs je suis mouillé jusqu’au coup dans la corruption, trouvez-moi un plan de communication pour prévenir cette crise… Dans ces cas-là, la seule stratégie valable est de prier pour ne jamais se faire prendre car aucune stratégie de communication ne pourra éviter le scandale. Je ne pense pas que l’on puisse vraiment prévenir ce genre de crise.
    Cependant tu abordes le fond du problème quant à l’aspect des relations publiques seulement à la fin de ton article. Je pense que tu aurais dû développer un peu plus l’aspect « communication de crise » des relations publiques dans ton billet. Quels défis cela suggère-t-il pour un relationniste? En quoi l’absence de communication de la part de l’équipe du Maire pose-t-elle un problème pour une stratégie de sortie de crise ? Cela aurait été bien que tu nous propose brièvement une stratégie alternative, qui selon toi aurait pu être mieux adaptée.

  3. Merci pour ton commentaire Julien. En effet, j’aurais pu faire un paralèlle avec la ville de Montréal et le maire Tremblay car les situations se ressemblent; les deux administrations sont dans le déni total. Par contre, je ne suis pas d’accord avec toi quand tu écris «la seule stratégie valable est de prier pour ne jamais se faire prendre car aucune stratégie de communication ne pourra éviter le scandale. Je ne pense pas que l’on puisse vraiment prévenir ce genre de crise». La seule stratégie valable, d’après moi, est de ne pas s’embarquer dans ce genre de stratagème de collusion et corruption depuis le départ. Cependant, étant donné que le mal est déjà fait; il est maintenant tant pour le maire de remettre les pendules à l’heure. Je n’ai pas parlé de gestion de crise dans mon billet car je voulais plutôt aller à la base du problème et parler du fait qu’il faut travailler en amont afin de prévenir une crise. Toutefois, je tiens à mettre certaines choses au clair. Je crois, contrairement à toi, que si le maire est bel et bien coupable, il devrait avouer ses torts et dire la vérité, même si elle est difficile à entendre. Il ne sert à rien de nier les allégations car le mal est déjà fait. Comme je disais dans mon billet, de simples alléagtions sont en train de remettre en cause sa réputation. Il pourrait ensuite démissionner et faire un grand ménage dans son administration afin de repartir à neuf et rebâtir tranquillement la confiance des citoyens envers la mairie. A long terme, la réputation de la ville de Laval est beacoup plus importante que celle du maire. Voilà une stratégie qui, selon moi, bénéficiera beaucoup plus à la Ville et à ses citoyens qu’au maire lui-même.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s