Les relationnistes du SPVM dorment-ils?

L’intervention policière dans le Plateau-Mont-Royal filmée le 2 octobre dans laquelle on assiste à des actes violents et des propos vulgaires tenus par la policière Stéphanie Trudeau fait encore beaucoup de bruit. « C’toute des ostie de carrés rouges, des mangeux de marde! » voilà certains des propos énoncés par matricule 728. Cette vidéo choquante a grandement terni l’image du SPVM. Ce dernier, selon moi, n’a pas su bien gérer cette crise. Le directeur du SPVM Martin Parent a présenté des excuses formelles au cours d’une conférence de presse auprès des personnes concernées. Je me demande bien si ses excuses sont sincères ou bien s’il ne s’agit tout simplement pas d’un coup de relations publiques monté afin de gérer la crise et de satisfaire le public.

Je crois que ses excuses sont à moitié sincères; c’est-à-dire qu’il croit en effet que ce genre d’attitude est déplorable, mais qu’en réalité le SPVM ne prendra pas de réelles mesures pour éviter tout genre de comportement similaire. Les policiers sont censés bien agir afin de montrer l’exemple aux citoyens de Montréal. L’image que projette chaque policier est primordiale. Il suffit qu’il y en ait un qui s’échappe et c’est le SPVM au complet qui en subit les conséquences. Ainsi, pourquoi les relationnistes du SPVM n’ont-ils pas réagi plus tôt si un langage tel celui employé par Stéphanie Trudeau est considéré inacceptable? Ce n’était pourtant pas le premier faux pas commis par Mme. Trudeau. En effet, depuis 1996, plusieurs plaintes ont été déposées devant le Commissaire à la déontologie policière. Par ailleurs, c’est par la diffusion de vidéos qui ont fait le tour du web et des réseaux sociaux que Stéphanie Trudeau est devenue une personnalité québécoise connue. En effet, c’est dans une vidéo publiée sur You Tube au mois de mai dernier qui a eu plus de 600 000 visionnements où elle poivre allègrement plusieurs jeunes étudiants sans aucun motif valable que celle-ci se fait connaître pour la première fois . Alors, avec tous ses antécédents, je trouve que l’absence de réaction de la part du SPVM avant que cette crise soit médiatisée est inacceptable.

Selon, moi les relationnistes auraient du réagir de manière quasi instantanée. En plus des conséquences imposées à Mme. Trudeau, les relationnistes auraient pu et du monter un plan stratégique dans lequel auraient été expliqué et annoncé par Marc Parent plusieurs nouvelles mesures de profilage et des sanctions plus sévères afin que ce genre de situation ne se reproduise pas. Ce que je trouve absurde est le laxisme des relationnistes du SPVM; pourquoi attendent-ils jusqu’à la dernière minute avant de réagir? Des cas semblables se produisent sur une base régulière; pourquoi faut-il que l’évènement soit médiatisé pour qu’ils réagissent? Dès qu’il y a faux pas agissez, guérissez et sachez prévenir! Le SPVM n’a pas eu recours aux bons moyens afin de sauver son image ainsi que de satisfaire les citoyens mécontents.

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s