Quand le scandale est tellement énorme que les RP sont débordées

Une star du petit écran se révèle avoir été un immonde pervers

Jimmy Savile, animateur phare de la BBC, est suspecté d’avoir abusé de 300 victimes, en majorité mineures, entre 1959 et 2006. L’employeur de Jimmy Savile, la BBC, est soupçonné d’avoir fermé les yeux sur les agissements de son animateur vedette. L’affaire éclate le 3 octobre 2012 quand ITV diffuse un documentaire dans lequel 5 femmes se disent victimes d’abus sexuels de la part de Jimmy Savile. Ce documentaire a entraîné une cascade de témoignages.

En matière de relations publiques et de gestion de crise, la BBC a fort mal géré la gestion de ce monumental scandale de pédophilie.

Quand l’élite journalistique veut étouffer un scandale …

En premier lieu, pourquoi une enquête de Newsnight consacrée aux agissements de Savile avait-elle été interdite d’antenne fin 2011 ? En deuxième lieu, et malgré des rumeurs persistantes, pourquoi la BBC a-t-elle insisté pour diffuser un véritable panégyrique consacré à Savile fin 2011 ? Enfin, comment expliquer le chiffre hallucinant de 300 victimes dans les locaux de la BBC pendant près de 40 ans sans un minimum de complaisance et de complicité ? Dernièrement, Newsnigth a diffusé un témoignage incriminant un éminent membre de la Chambre des Lords, Monsieur McAlpine … le témoin vient de se rétracter. Ce dernier cafouillage a entraîné la démission du directeur général de la BBC, Monsieur George Entwistle, le 10 novembre.

… cela lui explose à la figure

Comment la BBC, véritable vaisseau amiral du journalisme, reconnue dans le monde entier pour son excellence, son sérieux et son professionnalisme en est-elle arrivée là ? Comment ses dirigeants ont-ils pu croire une seule seconde qu’étouffer une affaire à l’ère des médias sociaux n’était pas une partie perdue d’avance ?

Remèdes

Afin de restaurer une image écornée où seul l’audimat comptait, le premier groupe d’audiovisuel du monde devrait se repositionner sur les seules victimes et la recherche acharnée de la vérité. Entre autres choses, il pourrait :

–  mettre en œuvre des mesures immédiates pour identifier les victimes,

–  mettre en place une ligne ouverte avec des psychologues et des thérapeutes,

– allouer des ressources pour venir en aide aux victimes (soins psychologiques, frais judiciaires),

– créer un fonds d’indemnisation destiné aux victimes,

– collaborer de façon pleine et entière avec les enquêteurs et les associations de victimes, ouvrir les archives le cas échéant.

Restaurer l’image

Pour regagner la confiance du public, l’axe de communication de la BBC doit allier la compassion et la transparence. La BBC doit faire preuve de la plus grande empathie à l’égard des victimes pour ces crimes abjects et odieux. Elle doit impérativement se dissocier rapidement des agissements pédophiles de certains de ses membres mais pour ce faire, elle doit prendre ses responsabilités et faire son mea culpa.

Voir article

Voir article

Voir article

Publicités
Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quand le scandale est tellement énorme que les RP sont débordées

  1. annsimonyan dit :

    Marina, tu soulèves un problème très important ici. Je suis complètement d’accord avec toi, il y a des organisations dont le mandat pose des exigences particulières par rapport à l’éthique. Autant que diffuseur de service public, la BBC a des obligations morales et éthiques.

    Mais les scandales des offenses sexuelles qui impliquent les personnalités médiatiques en Royaume-Uni ne sont pas terminés. Il y a un autre ancien employé de BBC qui est impliqué – http://www.digitalspy.ca/media/news/a442106/ex-bbc-man-accused-of-child-abuse-over-20-year-period.html, ainsi qu’un expert en relations publiques http://www.bbc.co.uk/news/uk-20627765 Les enquêtes continuent, et il n’y a aucune décision de la cour qui confirme les accusations, même pour Jimmy Saville. En ce moment, personne n’a été trouvé coupable. Donc, si la BBC « se dissocie rapidement des agissements pédophiles de certains de ses membres », comme tu proposes, elle va compromettre le principe de présomption d’innocence, et cela peut conduire à une autre crise, projetant une image d’employeur qui ne respecte les droits fondamentaux des ces employés.

  2. Merci Ann de ton commentaire.

    Quand je dis que la BBC doit se dissocier des agissements pédophiles de certains de ses membres, j’entends par là (1) rassurer les publics internes à la BBC qui n’ont rien à voir avec ces agissements « dégueulasses ». La BBC a compté et compte encore des milliers d’employés. Tous ne sont pas pédophiles, tous n’ont pas fermé les yeux. Autant il est important de dénoncer les comportements criminels, autant il est important de rassurer les innocents qui n’ont rien à voir là dedans, qui font leur travail dans la plus grande probité et qui sont très certainement consternés de se voir éclaboussés par un scandale de cette nature. Je fais un parallèle avec les 29000 employés de la ville de Montréal et la commission Charbonneau : ce n’est pas parce que celle-ci met en lumière les agissements douteux d’une poignée d’employés municipaux que tous ont touchés des pots-de-vins et se sont enrichis sur le dos des contribuables. (2) Les publics externes et auditeurs fidèles de la BBC ont eux aussi besoin d’être rassurés pour les mêmes raisons : qui a envie d’écouter et de porter foi aux propos d’un journaliste soupçonné d’avoir abusé d’enfants ?

    Par ailleurs, je suis entièrement d’accord avec le principe de présomption d’innocence mais quand 300 victimes – qui ne se connaissent pas – témoignent dans le même sens et accusent les mêmes individus, on peut raisonnablement commencer à douter de leur innocence … J’ai du mal à croire au complot au cas d’espèce. Les mises en examen, inculpations et poursuites ne devraient pas tarder à l’encontre de Jimmy Savile et des sbires qui l’ont aidé dans cette sinistre entreprise.

    Nous vivons une époque où l’opinion publique, aidée des médias – ou est-ce l’inverse ? – instruit à charge, cloue au pilori, s’acharne et juge avant même que la justice suive son cours. On peut en débattre. Le fait est que la BBC est en crise et qu’elle doit la gérer adéquatement.

    Au principe de présomption d’innocence, je t’oppose, dans ce cas précis, le principe de précaution, qui devrait à mon avis prévaloir à la BBC en ce moment si cette dernière veut restaurer son image.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s