Achat de Nexen par CNOOC : une transaction historique mais à quel prix?

Été 2012, le gouvernement du Canada reçut l’offre d’achat de Nexen, une compagnie albertaine d’exploitation de sables bitumineux, par la société d’État chinoise, China National Offshore Oil Coporation (CNOOC). Évaluée à 15,1 milliards de dollars, il s’agirait d’une transaction d’une importance capitale pour le Canada qui, par contre, attire plusieurs critiques et opposition par différents publics au pays.

En termes de relations publiques, l’enjeu principal de cette problématique est la prise de contrôle étrangère des entreprises canadiennes du secteur de l’énergie. En plus, il s’agit d’un secteur stratégique de l’économie canadienne actuellement et aussi dans le futur. On retrouve un point de bascule dans les relations entre le Canada et la Chine selon l’approbation ou le refus de la proposition de rachat. Il n’est pas négligeable dans ce cas d’écarter les importantes conséquences de cette transaction si très importante. Donc, une bonne gestion des communications et de l’image permettrait aux deux factions de mieux faire valoir leurs points auprès des publics impliqués.

Critiquée et critiquable

Douzième compagnie de pétrole et de gaz au Canada, Nexen représente un élément important dans l’économique canadienne, principalement à cause des intérêts pétrolifères de la compagnie dans le golfe du Mexique et dans la Mer du Nord.

Mais quelles sont les principales critiques contre cette entente? D’une part, l’opposition officielle au gouvernement, le NPD, s’inquiète particulièrement des effets de cette transactions, par exemple, sur notre économie, sur nos emplois et sur l’avenir de nos richesses naturelles. Le processus d’approbation se déroule présentement à huis clos chez les conservateurs, aucune audience publique n’est encore envisagée. L’absence d’un partage d’information nuit fortement à l’image du gouvernement conservateur.

D’autre part, plusieurs autres critiques formulées contre le CNOOC qui portent sérieusement atteintes à l’image de l’entreprise chinoise s’attaquent au bilan environnemental et éthique de cette dernière :

  • Déversement pétrolier  en juin 2o11 au large de la Chine
  • Plaintes formelles pour abus des droits de la personne en Birmanie.

Les questions sont les suivantes : allons-nous vendre les entreprises canadiennes à des investisseurs étrangers qui ne respectent même nos idéologies et nos valeurs? Que sont les acteurs qui prendront la responsabilité des engagements non-respectés (par exemple, des accidents environnementaux)? Plus d’un canadien sur deux (58%) croit que le gouvernement doit bloquer le projet de la vente de Nexen au gérant chinois CNOOC.

Recommandations

Bien que pour le moment, l’offre est sous la loupe des conservateurs, les deux factions doivent tenter de convaincre l’opinion public. Par contre, actuellement le gouvernement conservateur ne permet en aucune cas de mettre la population de son côté d’un point de vue communicationnel. S’il accepte le rachat de l’entreprise CNOOC, voici mes quelques recommandations pour rassurer et pour offrir une certaine visibilité au projet:

  • Point ou conférence de presse par de principaux acteurs pour informer la population de l’avenir des ressources naturelles au Canada.
  • Discours obligatoire du Premier Ministre

Par contre, même s’il refuse l’offre du géant chinois, à mon avis, le gouvernement se doit d’expliquer sa décision. Tout cela uniquement dans l’intérêt de la population canadienne.

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s