La curation web citoyenne, une opportunité pour des relations plus profondes

    

  Récemment, j’ai été très enthousiaste par le projet de curation web lancé par  l’Office du Tourisme de Suède. « Curators of Sweden » est un projet d’une curation web citoyenne et désintéressée. 

La multiplication des propos impertinents

Pour être sur les réseaux sociaux, les entreprises doivent « avoir de quoi à dire ». La pertinence de ce que l’on dit est la seule qualité qui peut retenir des cyberlecteurs. Le net offre tellement de choix; il y a tellement de trucs à commenter, « retweeter », « liker », ou à « pinner ». Les organisations doivent donner du contenu, mais aussi conserver leurs lecteurs. Or, il n’y a plus de loyauté, on peut suivre autant de compétiteurs que l’on veut, interagir avec qui l’on veut… ou veut bien nous répondre.

D’ailleurs, on perd la tête, à force de devoir sélectionner des plates-formes et des contenus. Il devient de plus en plus difficile de trouver des sources pertinentes et il y a de moins en moins de choses pour nous contenter. Il est déjà difficile de soutenir l’intérêt pour une entreprise, comment un pays peut-il y arriver? Une entreprise peut offrir des cadeaux ou des exclusivités sur ses réseaux sociaux, mais qu’est-ce que peut offrir un pays?

« Curators of Sweden » ou gagner à être soi-même

Eh bien, un pays peut offrir le « précieux vécu » de ses citoyens. Les « Curators of Sweden » sont des citoyens et des citoyennes qui font l’offrande de leur vécu pour la Suède.

À tour de rôle et pour une période d’une semaine, le curateur du moment partage ses pensées sur la Suède. Pourvu que les curateurs respectent les règles de la nétiquette élémentaire, ils peuvent tweeter au nom de la Suède.

Le don du vécu est une richesse pour le compte Twitter de la Suède. Ses personnes ne sont pas payées ou contraintes. Autrement dit, ce que les curatrices et curateurs tweetent est « désintéressé ».

 Conséquences : Arrêter de douter de tout et faire à nouveau confiance

Honnêtement, je doute beaucoup de l’intention des personnes dont le compte Twitter est celui d’une entreprise privée. À l’exception des sportifs commandités par Nike ou Adidas –qui sont des porte-paroles d’entreprises –je ne crois pas que le curateur d’une entreprise privée tweete seulement pour le plaisir.

Le projet « Curators of Sweden » ne pourrait pas être crédible, s’il avait été fait par une entreprise privée. Telles certaines de mes collègues ont discuté plus tôt ici du compte Twitter de McDonald’s, l’entreprise a miné sa crédibilité en tentant de contrôler les réponses de ses curateurs sur Twitter. Dès que l’on doute que des choses nous soient cachées, il n’est plus possible de faire confiance aux tweets du curateur. Une entreprise privée ne peut pas faire une curation web désintéressée.

La curation c’est une sélection personnelle et avertie des contenus sur le net. Dans le cas de Twitter, je présume qu’une personne qui « cure » pour la Suède ou bien pour McDonald’s fait le même travail de sélection d’information.

Je préfère une curation faite par des citoyens parce qu’elle est désintéressée. Le problème avec la curation privée faite par les agents McDonald’s, c’est que la relation privilégiée avec ceux-ci est marquée par la consommation. Je ne peux pas faire semblant de croire qu’une personne me raconte généreusement ses anecdotes gastronomiques, si je sais que ses anecdotes ont pour but de me donner le goût d’aller dans CE RESTAURANT maintenant.

 Perspectives : Comment remettre les compteurs à zéro?

Il est impossible pour une entreprise privée d’avoir des curateurs aux tweets désintéressés. Dans le cas de la Suède, le projet est financé par l’Office du Tourisme. @Sweden vise à piquer la curiosité des gens à l’extérieur du pays et les encourager à venir visiter le pays. Ce n’est pas « totalement désintéressé », parce que l’objectif demeure le tourisme. Cependant, les commentaires des curateurs ne sont pas des promotions. Ils ne font pas la promotion du fameux café marginal de Malmö ou la nouvelle exposition d’art conceptuel de Göteborg. Ils rassemblent des contenus et des propos selon leurs intérêts et leurs goûts. Chaque curation est différente parce qu’elle est personnelle.

En réfléchissant à ce qui se passe en Suède, j’ai dû aller sur Wikipédia pour trouver des villes où il y a des activités culturelles. Je suis tombé dans l’appât de @Sweden. Pour discuter de ce dont les curateurs « ne parlent pas » – les activités promotionnelles –, je suis allé m’informer sur la Suède. Du moins pour moi, la stratégie de communication a fonctionné.

Conclusion : Un plan pour une « démarche confiante »

La communication sur le net n’a pas pour objectif de dire aux personnes « quoi penser ». Il s’agit de « donner de quoi à penser ». Pour piquer la curiosité, il faut savoir construire une relation de confiance. Le premier pas c’est d’être original. Le second pas vers la relation de confiance, c’est d’enrichir notre originalité par des contenus. Le troisième pas, c’est de conserver son autonomie.

     Une vraie curation est toujours basée sur le travail d’un œil aiguisé et le désir d’un partage désintéressé.

En passant | Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La curation web citoyenne, une opportunité pour des relations plus profondes

  1. Michel Pépin dit :

    Article intéressant, mais on vois pas la photo de Malmo.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s