Relationniste de Véronique Cloutier: aucun mode d’emploi

Véronique, une femme passionnée

Née en 1974,  Véronique Cloutier est une vedette du showbiz québécois. On se souvient de ses débuts en tant qu’animatrice à la fameuse émission La Fureur. Nous la retrouvons maintenant à l’antenne de Radio-Canada les mercredis soirs 20h animant  les enfants de la télé. À chaque midi de la semaine, les gens sur la route et au bureau peuvent travailler au rythme des midis de véro à rythme FM. En automne 2013, cette femme remplie d’ambition dévoilera en exclusivité les coulisses de sa vie professionnelle, à travers son nouveau docu-feuilleton Véro Inc. diffusé sur les ondes de Canal vie. Aimant les défis et la mode, Véronique crée sa propre collection de vêtements en 2010 vendue dans les magasins l’Aubainerie. Pour ajouter à ses multifacettes, elle est en plus l’ambassadrice de la marque de produit de beauté québécoise Jouviance.

url2collection-vero-5jouviance-vero2

Enjeux de relations publiques

Personnalité publique, mariée avec Louis Morissette et mère de trois enfants, où trouve-t-elle le temps de faire tout ça me direz-vous? Et ce n’est pas terminé. Elle lance en automne prochain son nouveau magazine féminin à son image intitulé VÉRO. (Au même titre que Patricia Paquin avec le magazine Moi & Cie) Elle sera la source d’inspiration des sujets abordés dans la revue.

Les relationnistes de Véronique Cloutier ont donc des enjeux importants à prévenir : comment vont-ils gérer la limite à ne pas franchir entre sa vie privée et sa vie professionnelle? Le magazine la mettra en premier plan, ainsi que sa famille, par le fait même. Où se situe la ligne d’éthique? Comment ses relationnistes vont-ils gérer cette stratégie multiplateforme? C’est-à-dire, son docu-feuilleton, son magazine, son site internet, les médias sociaux, etc.

Je crois qu’il ne faudrait pas abuser de photos d’elles, de son mari, de sa maison et de ses enfants. Son nom est sa marque de commerce. Il ne faut pas bombarder les gens avec son image, le public pourrait se tanner et sa marque en souffrirait gravement.

Et vous, si vous étiez son relationniste, que lui conseilleriez-vous?

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Relationniste de Véronique Cloutier: aucun mode d’emploi

  1. maggymoreno dit :

    Avant même d’avoir fini ton article, j’ai pensé à Oprah et à Céline Dion, deux grandes personnalités internationales.

    En fait, je crois que ce nouveau magazine sera un nouveau bijou pour Véronique Cloutier. Il est vrai que ça fait beaucoup de travail pour l’image d’une seule femme, mais si nous considérons Oprah, alors pourquoi pas Véronique? Je crois aussi que si j’étais dans son équipe de relationnistes, je ne serais pas contre la stratégie multiplateforme. Il faut tenir compte qu’elle est bien vu au Québec. Son image n’est pas, autrement dit, sali par quelconque évènement ou situation. De plus, lors de sa conférence de presse (à propos du Bye-Bye qu’elle avait animé avec Louis Morissette), elle a montré aux québécois qu’elle est capable de gérer une situation de crise, non pas de son entreprise, mais de sa propre image.

    Quant à sa vie privée et sa vie professionnelle, le fait de les mettre en premier dans son magazine, je crois que pour les futurs lectrices de son magazine, l’idée ne leur sera pas mauvaise. Nous vivons dans un monde où la vie privée des célébrités est constamment recherchée, sinon dévoilée, et ce, avec leur consentement. À mon avis, c’est bien là une stratégie marketing. Si Véronique Cloutier est consentante avec cette idée, alors elle devra faire très attention. Une seule petite erreur pourrait lui coûter le prix de son image!

    • Bonjour Maggy, merci beaucoup pour ton commentaire et je suis tout à fait d’accord avec toi. Surtout avec ta dernière phrase ! J’espère que le lancement du nouveau magazine Véro ne sera pas une erreur étant donné que ce marché est très saturé; les tablettes des dépanneurs et épiceries débordent de magazines féminins (Châtelaine, Elle Québec, Clin d’oeil, Moi & Cie, Coup de pouce, etc). L’équipe de Véronique Cloutier prend un risque en se faufilant dans cette jungle de magazine, mais si sa revue se démarque bien et que le public réagit positivement, alors la chouchou québécoise pourra ajouter un autre succès dans sa carrière. La stratégie multiplateforme a ses avantages, mais les relationnistes doivent s’assurer de ne pas bombarder les gens avec l’image de Véronique, même si elle est consentante. Ceci est une opinion plus personnelle, mais je crois qu’elle doit conserver une partie de sa vie privée afin qu’il n’y ait pas de répercussion sur sa famille. Cela dit, je sais que Céline Dion dévoile sa vie privée dans de longs documentaires, et Véronique fera pareil avec son docu-feuilleton. En fait, tout se situe dans la limite à ne pas franchir.

      Bref,comme tu l’as dit, son nom est une marque réputée, elle sait gérer des situations de crise et elle a le respect de la population, alors je suis certaine que tout se déroulera bien pour cette vedette. De plus, elle est sans aucun doute entourée par une excellente équipe de relationnistes.

  2. josianepineault dit :

    Après avoir lu ton article et le commentaire précédent, je me demande si je suis la seule à penser qu’on ne parle plus ici de stratégie multiplateforme, mais plutôt multidisciplinaire. Pour reprendre l’exemple d’Oprah, dans son cas il s’agit bien d’une stratégie multiplateforme. Avec son talk-show, ces livres, ces revues, son site internet ainsi que son émission de radio hebdomadaire de 30 minutes, il y a là un bel exemple de cette stratégie réussie.
    Par contre, dans le cas de Véronique Cloutier, j’ai l’impression que le risque est justement que la stratégie n’est pas bien implantée. Je m’explique, contrairement à Oprah, Véro est maman à temps plein de 3 enfants. Elle est animatrice à la télé et à la radio, créatrice d’un documentaire dont elle fera partie, ambassadrice d’une marque de produit de beauté, créatrice d’une collection de vêtements, organisatrice contractuelle d’évènements comme le BYE BYE et à cela on rajoute un magasine qui porte son nom. Il est là le problème, en exagérant sur la multidisciplinarité le risque est qu’elle devienne une simple marque, que le public s’imagine qu’elle prête son nom à différents projets sans vraiment s’y impliquer entièrement. Ce serait une grave erreur de relations publiques, car elle pourrait ainsi perdre la confiance, l’attachement et l’estime de son public. Comme tu l’as bien mentionné dans ton article « le public pourrait se tanner et sa marque en souffrirait gravement ». Il s’agit là d’une incertitude, mais on dit souvent que la modération à bien meilleur goût. Si ces relationnistes font du bon travail, je crois qu’il n’est pas trop tard pour sauver son image de marque, mais une mise en garde s’impose. Je lui suggère d’attendre AU MOINS quelques années avant d’annoncer le lancement d’un nouveau parfum portant son nom ! 😉

  3. vaillancourt johanne dit :

    Il serait interessant de pouvoir acheter en ligne et de pouvoir acheter les collections precedentes.

    la collection part vite et nous pouvons pas tous être la le premier jour de la sortie de la collection.
    johanne
    merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s