Le 8 mars, une journée pas comme les autres

La journée internationale des femmes, un outil de communication efficace
pour les mouvements féministes ?

8 mars, sujet obligé 

En 1977, le 8 mars a été décrété « journée internationale des femmes » par l’ONU . Cette date vise à souligner l’apport du féminisme à l’avancement de l’humanité et l’importance de promouvoir les droits des femmes.

À chaque année, à cette date, les médias abordent des sujets touchant la condition des femmes : la double journée , la violence envers les femmes, l’écart salarial homme/femme ou le contrôle de la sexualité des femmes. Les reportages et les commentaires sont généralement agrémentés de statistiques, ils rapportent des anecdotes du quotidien, témoignent du travail de différents organismes, etc.

Pour les mouvements féministes, ce jour représente un moment clef dans leurs stratégies de relations publiques. À travers différentes campagnes, ils cherchent à renforcer leur capital de sympathie et leur crédibilité auprès d’un large public.

D’autres essaient aussi d’en profiter

La capacité des féministes à inscrire leurs discours dans l’espace publique est généralement faible. Le 8 mars est un des rares moments où elles peuvent le faire sans devoir se justifier et où elles jouissent d’une certaine légitimité.

Mais, à cette occasion, un espace s’ouvre également pour ceux qui contestent l’existence du féminisme comme les maculisnistes, les antiféministes et autres néoconservateurs.  Ceux qui croient que le féminisme brise l’harmonie sociale en détournant les femmes de leur rôle « naturel » s’activent aussi le 8 mars.

D’autres, souvent des entreprises commerciales, détournent le message d’engagement pour l’égalité. La journée devient l’occasion de dire à sa conjointe ou sa mère qu’on l’aime, de lui offrir des fleurs ou de faire la vaisselle en guise de surprise !

Observées à la loupe

Les journées internationales existent pour mettre les projecteurs sur des enjeux et sur ceux qui essaient de transformer les choses. Ainsi, la journée du 8 mars implique que les mouvements féministes se fassent  observer de plus près. Les dissidences, les polémiques ou les débats difficiles risquent aussi d’être soulignés. Pensons, par exemple, à la question de la (dé)pénalisation de la prostitution ou de la maternité.

C’est votre journée, soyez prêtes!

Au final, le 8 mars reste un moment privilégié pour attirer l’attention sur les luttes des femmes et sur le féminisme. Il s’agit bien d’un important outil de relations publiques. Cette occasion peut s’avérer risquée si les thèmes abordés sont trop polémiques, si certains en détournent le contenu, veulent en découdre ou décrédibiliser les féministes. L’important est donc d’avoir un message clair et solide, de connaître ses détracteurs et d’être prêtes à les contrer, sans pour autant dévier de ses objectifs de communication.

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s