Les relations amoureuses au travail : une affaire d’éthique et de respect

M. Pierre-Hugues Boisvenu, sénateur conservateur depuis 2010 et père de Julie Boisvenu, tuée en 2002 par l’assassin Hugo Bernier, subit présentement la foudre des médias suite à la divulgation de sa relation amoureuse avec son adjointe Isabelle Lapointe.

 

Image

 

En couple depuis 40 ans avec Diane Carlos et séparé depuis 2010 et en instance de divorce depuis peu, M. Boisvenu a eu beaucoup de visibilité médiatique depuis quelques années suite à son engagement pour défendre les Familles de Personnes Assassinées ou Disparues (AFPAD).

 

Des rumeurs cours présentement comme quoi celui-ci ne serait plus en couple avec cette personne mais peu importe ce qu’il en est réellement, l’opinion publique et la tempête médiatique entourant cette relation a fait bien des dommages tant au niveau de sa vie personnelle et professionnelle que sur sa réputation, son sens de l’intégrité et d’éthique.

 

Malgré l’avis du conseiller en éthique du Sénat de régler la situation rapidement soit en se séparant de son adjointe ou en la mutant dans un autre bureau, celui-ci n’a officiellement enfreint aucune loi… alors, pourquoi une si vive réaction face à cette situation? Une relation amoureuse ne devrait-elle pas être du domaine du privé? Ne devrions-nous pas respecter leur intimité et leur choix de vie? Et la réaction de        M. Boisvenu de parler ouvertement de sa relation est-il un bon choix?

 

Les relations amoureuses en milieu de travail peuvent conduire à des conflits d’intérêts réels ou potentiels ou à des allégations de favoritisme sur le lieu de travail. Doit-on garder secrète sa relation? Doit-on en informer nos collègues ou nos supérieurs? Comment agir?

 

Si ce n’est pas gérer de façon responsable et éthique, cette situation peut faire d’énormes torts à la réputation et à l’image de l’organisation ainsi que sur les individus qui y travaillent. L’amour sur les lieux de travail peut être à la fois rafraichissant et stimulant pour le couple, pour la productivité de l’organisation et sur son climat de travail mais peut être également un véritable défi à gérer. De plus, les relations amoureuses ne perdurent pas toujours dans le temps, et gérer une séparation en milieu de travail pourrait vite devenir un véritable enfer.

 

Une telle relation peut poser de sérieux problèmes et des conflits d’intérêts, que ce soit en apparence ou dans l’esprit du public, des clients et du personnel.

 

Les collègues peuvent développer également un sentiment de méfiance, d’exclusion, de suspicion et de jalousie.

 

De plus, les dirigeants qui entretiennent une relation amoureuse dans leur milieu de travail doivent redoubler de prudence. Leurs décisions organisationnelles doivent être fondées sur de solides pratiques de gestion et ne doivent pas être influencées par des préoccupations personnelles.

 

Si c’est le cas, l’entreprise pourrait être mise en situation embarrassante et même perdre sa crédibilité à plusieurs niveaux.

 

Pour éviter ce genre de situation, l’entreprise doit avoir mis en place un vigoureux plan d’éthique et de déontologie et des règles claires quant à leur attente face à ce type de situation.

 

Des mutations et des changements de responsabilités peuvent être des conséquences possibles tout dépendant le type de relations et des responsabilités des personnes concernées dans l’organisation. Malgré qu’on ne puisse pas aller à l’encontre de nos sentiments, il est évident que trouver l’amour sur les lieux de travail comporte certains risques. C’est à chacun des couples de gérer, de juger et de prendre les décisions qui s’imposent, tout en respectant le code d’éthique de l’organisation.

 

De façon plus générale, mais avec une tendance à la baisse, les québécois restent toujours frileux quand il s’agit de relations amoureuses hors mariage ou bien de relations extra-conjugaux et quand cela est su, on réagit souvent de façon irrationnel et on juge facilement…

 

M. Pierre-Hugues Boisvenu a décidé de sortir sur la place publique afin d’apporter son point de vue et d’expliquer au public québécois son histoire d’amour et son cheminement.

 

Selon moi, celui-ci a pris la bonne décision dans les circonstances. M. Boisvenu, qui est aimé par le Québec, a ouvert son cœur publiquement et on comprend mieux son parcours. Il ne s’est pas caché et n’a pas fui les médias. Il a décidé d’être transparent, et dans ce cas précis, je pense que cela a été la bonne décision. Ses collègues du Sénat l’appui et le public en général lui a pardonné. Sa réputation et son intégrité sont sauves… mais en aurait-il été autrement s’il avait réagi d’une autre façon?

 

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s