Tania Longpré et les fantômes des statuts Facebook passés

La candidate dans Viau, Tania Longpré.

La candidate dans Viau, Tania Longpré.

Nous venons à peine de sortir d’une campagne municipale que déjà des élections partielles provinciales sont à nos porte-à-porte. Les deux circonscriptions en question – Viau et Outremont – sont des citadelles libérales depuis plus de 20 ans. Dans Viau, le PQ s’était contenté de présenter un « candidat-poteau ». Malheureusement pour le PQ, sa candidate s’était mis un pied virtuel dans la bouche avant même le début de la campagne.

Les médias sociaux sont nos meilleurs ennemis

C’est ce qui s’est passé dans les derniers jours avec « l’affaire Longpré ». La candidate de Viau s’est exprimée via Facebook en 2011 pour faire part de son mécontentement envers le Parti Québécois. Elle fût particulièrement critique de la gestion de Pauline Marois durant la crise des démissions de ses députés. Malgré un ménage dans son historique de statuts Facebook, des internautes ont accumulés des captures d’écran gênantes.

Quelle est la réaction appropriée pour une organisation lorsqu’un de ses membres exprime une opinion personnelle très critique envers celle-ci?

Un individu a droit à son opinion, c’est là un des piliers de la démocratie. Elle semble pourtant bien l’époque où cette opinion n’était confinée qu’au cercle restreint des proches : elle est maintenant diffusée partout sur les réseaux sociaux, partagée sur Facebook et retweetée ad nauseam. Une parole en trop devient vite un scandale.

« J’en suis à une dernière réflexion : brûlons ce parti. C’est devenu un nid de vipères ET une farce monumentale. »

-Tania Longpré en 2011 sur Facebook

Un devoir de retenue, une nécessité d’agir

Dans le cas présent, il est évident qu’une personne avec des ambitions politiques se doit d’avoir un peu de jugement dans les opinions qu’elle exprime, particulièrement celles concernant son parti. D’ailleurs, une bonne part de tout cela aurait pu être évité par une meilleure connaissance des paramètres de confidentialité de Facebook.

De plus, une organisation politique comme le Parti Québécois aurait dû faire montrer un peu plus de discernement dans son recrutement de candidat, même lorsque celui-ci a peu de chances de gagner. Si quelques internautes peuvent retracer les maladresses numériques d’une candidate, il est inconcevable que le PQ ne puisse le faire. Le parti doit maintenant s’entêter à protéger sa candidate malgré la controverse.

Par contre, nous avons toujours reproché la langue de bois à nos politiciens. Les médias sociaux leur permettent de s’exprimer librement. Certains maîtrisent l’outil, comme le nouveau maire Coderre, d’autres moins bien, comme la candidate Longpré.

Une situation destinée à se reproduire?

La multiplication des plateformes et la rapidité de diffusion ne laisse que peu de mystère quant à la suite des choses. Nous avons tous dit quelque chose que nous avons regretté sur les réseaux sociaux. Nous avons tous un (ou plusieurs) ami Facebook aux statuts douteux. Le phénomène ne fera que s’amplifier avec la prochaine génération qui a grandie en publiant des photos sur le net.

Sommes-nous prêts à élire un politicien malgré ses photos de jeunesse gênantes, des tweets idiots et ses statuts impertinents? Peut-être que le futur ministre de l’Agriculture vous a déjà envoyé une invitation à Farmville…

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tania Longpré et les fantômes des statuts Facebook passés

  1. fleo009 dit :

    Je crois que la question ne peut être du domaine morale concernant la liberté d’expression individuelle, mais plutôt d’une logique élémentaire pour la crédibilité d’un parti et que ses candidats ne deviennent la figure de messages qui soient compromettants pour son image.
    C’est ensuite le citoyen qui juge si la reproche est pertinente ou désuète, s’il est noble pour une tête publique de s’exprimer librement et de changer d’idée ou si cela démontre un manque de convictions dans ses démarches. bien que compromettante, et qu’enclin à se mériter quelques railleries, je doute que cela suffise à réellement creuser la tombe du poteau Longpré.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s