Quelles matières dangereuses traversent nos villes ?

MISE EN CONTEXTE

La tragédie survenue l’été dernier au Lac Mégantic à suscitée beaucoup de questions en ce qui a trait aux risques reliés aux transports de produits dangereux.

lac-megantic-train-tragedie-deraillement

INQUIÉTUDES SOULEVÉES …

Ottawa conseillait aux nombreux maires du Canada, qui demandaient de connaître les produits transportés dans les différents trains passant dans leur villes respectives, de faire une demande d’accès à l’information afin d’obtenir les réponses, selon un article paru dans La Presse mercredi dernier.

Le problème, lorsqu’on ne sait pas quels sont les produits qui passent quotidiennement dans nos villes, est qu’on n’a pas nécessairement l’équipement et les ressources nécessaires pour gérer des situations de crises, par exemple celle du Lac Mégantic.

UNE RENCONTRE EST RÉCLAMÉE

Il y a environ deux semaines, sept maires se sont réunis afin de tenir une conférence de Presse ayant comme objectif celui de réclamer une rencontre avec la nouvelle ministre des Transports.

Cette dernière, Lisa Raitt, n’avait d’autre choix que de trouver une solution adéquate et de mettre l’information accessible pour tous et ce, rapidement. Elle a donc annoncé, mercredi dernier, un ordre préventif pour obliger les transporteurs ferroviaires à divulguer la nature et le volume du contenu des wagons.

Ce qui est incompréhensif est le point de presse qu’elle aurait tenu le 19 novembre dernier afin d’annoncer cette nouvelle aux maires de la Montérégie et de l’Estrie. Il s’agissait d’une « rencontre privée à huis clos ».

Pourquoi ne pas informer et rassurer la population québécoise au complet au même moment ? Elle est aussi concernée en ce qui-a-trait à la sécurité des voies ferrées traversant nos territoires respectifs.

L’écoute de ce point de presse aurait pu être rassurante pour tous…

Les sept maires présents lors de cette « rencontre privée » réclament la création d’un comité constitué principalement des municipalités et des acteurs concernés en matière de sécurité dans les transports.

Croyez-vous qu’une réponse face à cette demande ainsi qu’aux sujets traités en lien de la nature et le volume du contenu des wagons devrait être annoncée au public québécois sous peu afin qu’il se sente concerné ?

Publicités
Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Quelles matières dangereuses traversent nos villes ?

  1. christinevv dit :

    Personnellement, je comprends qu’au début, la ministre et les maires aient voulu en parler entre eux seulement. De cette façon, ils auraient pu mieux se préparer pour en parler à la population québécoise ensuite.
    Cependant, je suis d’accord avec le fait qu’il aurait été bien d’informer les gens par la suite.
    Le public, ainsi que les habitants traumatisés par cette tragédie mériteraient grandement d’être rassurés. Nous avons le droit de savoir ce qui est fait ou sera fait pour ne plus qu’un accident comme celui-ci se produise.

  2. laurenceyanakis dit :

    Cet article est très intéressant et, si je puis me permettre (!), complète bien mon billet à propos de la gestion de crise suite au déraillement de Lac-Mégantic.
    Je partage ton inquiétude quant au manque de transparence du Ministère des Transports. Il est inconcevable, en 2013, de cacher de telles informations à la population. En agissant ainsi, on laisse libre court aux spéculations.
    Malheureusement, ce dossier n’est qu’un exemple parmi d’autres démontrant le contrôle excessif, pour ne pas dire paranoïaque, que le Parti Conservateur exerce sur la diffusion de l’information destinée aux citoyens.
    Or, en 2013, avec l’omniprésence des médias sociaux, les conservateurs auraient tout intérêt à revoir leurs stratégies de communication.

  3. @christinevv : Peut-être devrons-nous, pour l’avenir, nous aussi faire une demande d’accès à l’information afin d’obtenir des réponses …
    @laurenceyanakis : J’ai été inspirée par ton billet, en effet. Je crois que plusieurs inquiétudes entre en ligne de compte en ce qui-a-trait à la gestion de crise de ce triste événement. Savoir ce qui est transporté dans nos villes nous permettrait de mieux se préparer aux risques auxquels nous pourrions être confrontés dans l’avenir, comme mentionné ci-haut. Une meilleure réaction de la part des relations publiques du ministère des transports aurait été de faire un point de presse suite à cette « rencontre privée à huis clos » afin de tenir la population québécoise (qui est, pour la plupart, inquiète) informée. Pour ma part, je suis convaincue que tu marques un point en disant que « ce dossier n’est qu’un exemple parmi d’autres démontrant le contrôle excessif, pour ne pas dire paranoïaque, que le Parti Conservateur exerce sur la diffusion de l’information destinée aux citoyens. » Seul l’avenir nous dira si le public est de notre avis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s