L’inélégance de Postes Canada

Canada-Post_300x225

Le 31 octobre dernier, Postes Canada annonçait, par voie de communiqué, son intention de commercialiser un timbre à l’effigie de Caillou, et ce, sans même en aviser la créatrice, Mme Hélène Desputeaux.

Un anniversaire au goût amer

Cette initiative visait à souligner le 25e anniversaire de la  création de ce personnage si populaire auprès des enfants. Hélène Desputeaux, la créatrice originale de Caillou n’a jamais été mise au courant de la nouvelle par Postes Canada et l’a apprise par Internet, un peu comme tout le monde. Mentionnons que Postes Canada a plutôt avisé les Éditions Chouette, ceux-là mêmes qui publient également Caillou et qui ont publié les premiers albums de Mme Desputeaux.

Mobilisation publique

Une pétition a rapidement été mise en ligne pour appuyer Mme Desputeaux. Une page Facebook a aussi été créée afin de demander que Postes Canada utilise l’image du Caillou original et non pas celui adapté par les Éditions Chouette et Cinar. Rappelons qu’une lourde bataille juridique avait opposé Mme Desputeaux à Cinar dès 1995  et que le tribunal lui a finalement redonné les droits sur son personnage en 2009. Alors que les Éditions Chouette commercialisent un Caillou âgé de 3-4 ans, le personnage original est un bébé âgé de 9 mois à 1 an et demi.

Les torts de Postes Canada

L’affaire Caillou vs Cinar a été au devant de l’actualité pendant plusieurs années. Je vois mal comment les responsables de Postes Canada pouvaient ignorer ce fait. Si tel est le cas, ce manque d’information constitue une lacune de leur part. Si toutefois ils étaient au courant du litige entourant les droits du personnage de Caillou et qu’ils ont  tout de même décidé de faire fi de la créatrice originale, il s’agit d’un manque flagrant d’élégance. En tous les cas, je suis d’avis que l’organisme fédéral pourrait à tout le moins s’exprimer publiquement sur cette affaire.

Gestion des médias sociaux

Depuis le début du mois de novembre, des internautes, outrés par l’attitude de Postes Canada à l’endroit de Mme Desputeaux, ont manifesté leur désapprobation sur la page Facebook de Postes Canada. Au lieu de répondre aux commentaires, l’organisme s’est contenté de les supprimer au fur à et mesure en écrivant : «Tout commentaire sur notre page Facebook doit adhérer à notre politique aux commentaires ». Cette façon de faire ne contribue pas à ouvrir le dialogue et m’apparaît plutôt méprisante envers le public. Je crois que les responsables des relations publiques de l’entreprise auraient tout intérêt à répondre aux commentaires, à tout le moins à ceux qui adoptent un ton respectueux.

La stratégie du silence préconisée sera-t-elle garante de succès? Le public oubliera-t-il rapidement cette affaire?

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’inélégance de Postes Canada

  1. christinevv dit :

    Je n’avais pas entendu parler de cette histoire, mais je suis un peu surprise de l’apprendre. Cela m’étonne grandement qu’une entreprise aussi haut placée que Poste Canada n’est pas prît les mesures nécessaires pour publier un nouveau timbre. Même une entreprise plus petite aurait surement pensé aux droits d’auteurs. Je pense à madame Hélène Desputeaux qui a dû être choquée en voyant cela.
    Évidement, l’équipe des relations publiques de Poste Canada aurait dû gérer cette histoire mille fois mieux. Premièrement en répondant aux commentaires (évidemment) et deuxièmement en s’excusant publiquement sur leur page Facebook et à madame Desputeaux.

  2. cotemartine2013 dit :

    Cette histoire a effectivement eu une très mince couverture médiatique. On aurait pu présumer qu’avec l’affaire Claude Robinson, dont les médias ont abondamment parlé, la question des droits d’auteurs serait prise davantage au sérieux. Mais tout n’est pas encore joué puisque la décision finale peut toujours être renversée.

  3. fleo009 dit :

    original comme sujet
    Entreprise haut placée que Post Canada, mais que j’imagine un peu en déclin. Es-ce parce que les gens n’écrivent plus de lettres manuscrites que l’organisme n’a pas le moyen de s’offrir un département de relations publiques?

    • cotemartine2013 dit :

      Ça n’est un secret pour personne que Postes Canada éprouve des difficultés financières, ce qui m’apparaît une raison supplémentaire de montrer de la rigueur et du professionnalisme au sein de son organisation.

  4. joellepayette4 dit :

    J’aime bien votre dernière phrase fleo009! Très bien dit.
    Je n’avais pas entendue parler de cette histoire. On entend souvent: « avant que la querelle s’échauffe, va-t-en » mais pas dans le cas d’une gestion de crise, car l « querelle » est déjà installée. Le porte-parole de Postes Canada aurait dû, à prime abord, s’excuser publiquement sur les médias sociaux, tout en répondant aux commentaires, si nécessaire pour ainsi démontrer à la clientèle que l’entreprise avait tort. Tout le monde fait des erreurs, il s’agit de s’excuser et de réparer les pots cassés. Donc, non la stratégie du silence n’était pas la meilleure option pour ce sujet.

    • cotemartine2013 dit :

      Oui, certaines entreprises auraient intérêt à comprendre que s’excuser n’est pas un geste de faiblesse et que, stratégiquement, ça peut aussi rapporter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s