Volte-face de l’université McGill

200px-McGill_Redmen_Logo

L’administration de l’Université McGill, fait volte-face moins d’un mois après avoir été critiqué pour son attitude qui a parfois été qualifiée de « méprisante » concernant les allégations d’agressions sexuelles impliquant trois membres de son équipe de football. Ollivier Dyens, premier vice-recteur exécutif (études et vie étudiante) de l’université McGill a ainsi gagné des éloges inattendus de certains leaders étudiants après avoir reçu de vives critiques suite à ses premières déclarations.

RAPPEL DES FAITS :

Trois membres de l’équipe de football de l’Université McGill ont été inculpés il y a 15 mois d’agression sexuelle et de séquestration d’une ancienne étudiante de l’Université Concordia. L’enquête préliminaire aura lieu le mois prochain.

http://fr.canoe.ca/sports/nouvelles/football/archives/2013/11/20131101-002330.html

UNE GESTION DE CRISE DÉPLORABLE :

Les trois étudiants ont continué à jouer pour les Redmen cette saison avant de quitter l’équipe d’eux-mêmes.

http://www.montrealgazette.com/news/McGill+football+players+face+assault+charges/9110081/story.html

Tout d’abord, la crise a mal été gérée parce qu’aucune empathie envers la présumée victime n’a été démontrée. En effet, la réponse qu’a donnée aux médias le porte-parole a été défensive; l’administration s’est borné à clamer son ignorance de la situation puisque la présumée agression n’a pas eu lieu sur leur campus. Mais surtout, l’administration de McGill a décidé d’attendre l’issue du processus judiciaire avant de prendre toute mesure disciplinaire envers les étudiants. En n’imposant pas de sanctions aux joueurs tout en les laissant poursuivre leur carrière sportive, l’université McGill s’est attiré les critiques de groupes étudiants qui ont accusé celle-ci d’encourager une culture du viol. Je crois qu’en plus, McGill a laissé le débat sur l’immunité et les privilèges accordés à certains sportifs universitaires être rouvert inutilement. Au lieu de calmer le jeu dès le départ, McGill a laissé le débat devenir émotif. C’est un manque d’écoute flagrant de l’université envers ses publics, qui a mené à une rétractation.

En effet, même si plus tard, McGill a tenté de recoller les pots cassés, la réponse initiale a été insatisfaisante. C’est une occasion ratée pour McGill de montrer au public que la sécurité de ses étudiants est capitale mais aussi de se positionner dès le commencement de l’affaire en tant qu’acteur central et leader au cœur du débat. Une réponse empreinte de sollicitude aurait été beaucoup plus efficace et responsable et aurait démontré un désir de la part de l’administration de protéger la victime tout comme les joueurs dans le processus judiciaire. Belle opportunité manquée.

Ce n’est pas la première fois des joueurs de l’équipe de football de l’Université McGill doivent faire face à des accusations de ce genre; des comportements sexuels plus que répréhensibles lors d’activités de bizutage avaient mené en 2005, à l’annulation de la saison de football.

http://www.mcgill.ca/channels/fr/news/luniversit%C3%A9-mcgill-annule-la-saison-de-football-17236

Puisque la confiance des étudiants quant à l’administration avait été ébranlée suite à ces évènements, on aurait été en droit d’attendre des porte-parole de l’université des propos laissant comprendre qu’ils ne tolèrent plus ce genre de comportement et qu’ils prennent la situation au sérieux. On aurait aussi pu penser que l’Université aurait tiré des leçons et qu’elle se montrerait plus respectueuse. Pourtant, Ollivier Dyens justifiait l’inactivité de son administration dans la crise actuelle en la comparant à celle de 2005. L’université détenait alors des preuves matérielles comme des vidéos. Dans la présente affaire, il n’y a rien pour aller de l’avant et prendre certaines dispositions envers les joueurs selon le porte-parole. Qu’il n’y ait pas de vidéo des étudiants commettant la présumée agression n’est pas une justification à l’inaction et encore moins pour un refus de prendre certaines responsabilités.

VOLTEFACE :

La seconde réponse est beaucoup plus adaptée à la situation. L’administration de McGill a du réfléchir collectivement sur la bonne attitude à adopter depuis, car dans ce qui pourrait être considéré comme une rétractation, Ollivier Dyens a envoyé un message à la communauté de McGill la semaine dernière en disant qu’il considère que bien que l’université a agi de façon responsable aux allégations d’agression sexuelle, sa réponse n’a malheureusement pas répondu aux attentes de la communauté. Par conséquent, l’université a décidé de mettre en œuvre plusieurs mesures pour répondre aux préoccupations soulevées par les étudiants.

« McGill prendra des mesures concrètes pour améliorer son soutien aux victimes d’agression sexuelle ainsi que sa réponse aux incidents d’agression sexuelle et autres formes de préjudice. »(traduction libre)

Dans une entrevue, celui-ci admet l’erreur. Il mentionne que bien que les responsables de l’université croyaient traiter de manière adéquate l’incident, ils se sont trompés sur la réaction. Il poursuit : « Permettez- moi de rappeler que McGill prend les gestes tels que l’agression sexuelle très au sérieux. Le débat actuel sur le campus, cependant, a obligé l’université à réfléchir sur ses politiques et procédures. » (traduction libre)http://www.montrealgazette.com/news/McGill+applauded+measures+prevent+sexual+assault/9211807/story.html

Écoute des publics, prise de responsabilité, mesures de prévention et d’intervention mises en œuvre, empathie… décidément ce volte-face a tout d’une réponse adaptée à la crise humaine que vit l’université. Les publics de McGill ont parlés, se sont prononcés sur leurs besoins et sur ce qu’ils attendent de l’institution, McGill a écouté et rectifié le tir. Ils ont répondu par des actions concrètes et sérieuses qui ont calmé la grogne. Dommage que ce n’ait pas été l’attitude prise dès le départ.

http://www.mcgill.ca/studentlifeandlearning/deputyprovost

http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/mcgill-may-revise-sexual-assault-policy-1.2436766

http://www.montrealgazette.com/news/Concordia+centre+aims+overcome+culture+silence/9211806/story.html

http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/mcgill-may-revise-sexual-assault-policy-1.2436766

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s