Apple et la liberté technologique

Quand Apple lance le premier Macintosh en 1984, Steve Jobs et son équipe  se décrivent eux-mêmes comme  des pirates de  la liberté informatique, rivalisant contre le méchant  IBM qui domine le monde comme un Big Brother, tel que décrit par Georges Orwell.

Grâce à une image de marque  extrêmement bien gérée  et des campagnes publicitaires réussies, Apple est souvent perçu comme synonyme de création, d’ouverture technologique et de liberté.

Pourtant l’histoire moderne nous démontre que l’entreprise exerce un contrôle dictatorial sur son infrastructure matérielle et son environnement logiciel entièrement intégré, et ce souvent au détriment du consommateur. (Et de son portefeuille !)

L’innovation tant prisée par Apple semble souvent justifiée par l’appât du gain et ce au détriment du consommateur.

La boîte fermée

Dès la sortie du Macintosh en 1984, Steve Jobs estime que l’utilisateur ne devrait pas pouvoir lui-même réparer son ordinateur, il appose donc des vis spéciales sur le boitier que seuls les techniciens Apple pourront manipuler.

Les derniers modèles portables Macbook Pro Retina vont jusqu’à souder les composantes principales et en collant la batterie à l’ordinateur, le rendant pratiquement irréparable selon le site de réparation Ifixit.

Quant aux appareils mobiles iPod, iPad et iPhone, l’intégration de la batterie à l’intérieur de l’appareil, rend pratiquement impossible le remplacement par l’utilisateur, dirigeant ce dernier directement aux caisses du Apple Store.

Obsolescence programmée

Lors de la sortie du nouveau système IOS7, les utilisateurs ayant un iPhone 4 ont eu la mauvaise surprise de voir leur téléphone intelligent hier si performant, devenir extrêmement lents suite à la mise à jour. La durée de la batterie a aussi été réduite considérablement après être passée à la dernière version.

Du côté de ses ordinateurs portables, l’entreprise empêche volontairement l’installation des dernières versions du système d’exploitation Mac OS X sur certains MacBook plus anciens, même si ils détiennent les spécifications techniques nécessaires pour le gérer adéquatement.

Et que dire des de la série iPad, qui n’offre souvent que de mineures améliorations techniques lors de la sortie d’un nouveau modèle mais qui réussi à conquérir un large public grâce aux campagnes marketing explosives  de Apple.

Ce ne sont là que quelques exemples, mais le parcours d’Apple est jalonné de faits démontrant que l’entreprise utilise un environnement fermé et limitatif au niveau de ses produits et que ceux-ci sont parfois volontairement limités à une durée de vie prédéterminée.

Malgré tout, Apple ne répond pas à ces critiques défavorables et réussi à garder l’aura et l’image publique d’une organisation ouverte et près des besoins de l’utilisateur et ce à son grand avantage.

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Apple et la liberté technologique

  1. un ami dit :

    Orson Wells ou Georges Orwell?

  2. elianelegare dit :

    Je ne consomme pas les produits Apple justement parce que je les trouvent trop contraignants. Par contre, les choix que fait Apple en ce qui a trait à ses « infrastructures matérielles ou à ses logiciels intégrés » se font peut-être au détriment du portefeuille des consommateurs mais, force est de constater que personne ne force les « applemaniacs » à consommer Apple plutôt que Samsung. Le comportement des consommateurs, affamés de nouveauté et de « dernier cri », envoie le message aux dirigeants que ce type de comportement dictatorial est accepté, malgré tout. Malgré des prix plus élevés et des choix plus restreints, l’image de la marque semble plus forte que la contrainte d’exclusivité qu’elle impose à ses disciples… Dans un tel contexte, pourquoi feraient-ils autrement?

  3. thomaslalonde dit :

    Je suis bien d’accord avec toi Éliane, même si le modèle technologique de type restreint ne nous convient pas nécessairement, il est clair qu’il fait l’affaire d’un large public. Plusieurs ne veulent pas s’égarer dans le monde informatique et sont bien contents de suivre le chemin linéaire tracé par Apple.
    Avec son sens de l’innovation, sa rigueur et son sens de la minutie Steve Jobs a réussi à placer en moins de 10 ans Apple au sommet et à en faire une image de marque des plus respectées.
    Je me demande par contre si l’entreprise à plus long terme réussira à maintenir le navire à flot sans son capitaine…

  4. J’en doute aussi… À suivre!!
    Une chose est sûre, Tim (Cook) ne va pas chômer cette année!

  5. soniast21 dit :

    C’est bien ce que je me demande, est-ce que cela va durer? Les consommateurs vont-ils un jour se poser des questions et arrêter de consommer leurs produits? Dès la sortie du IOS7, j’ai entendu beaucoup de commentaires négatifs malgré tout, les gens ne comptent pas nécessairement laisser tomber Apple.

    Une vidéo amusante qui démontre justement « l’obsolescence programmée » dont tu fais mention. Je ne sais pas si tu l’avais vu.

  6. thomaslalonde dit :

    Je n’avais pas vu le vidéo des robots accros, merci Sonia !
    Ça représente de façon caricaturale l’impression que j’ai du marketing Apple depuis 2011-2012.

    J’ai moi-même auto-saboté mon Iphone 4 avec la mise à jour IOS7 mais j’ai décidé de le garder jusqu’au jour de sa belle mort et de donner une chance à Samsung quand le temps viendra; le centimètre supplémentaire de l’écran du Iphone 5 me laisse de glace.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s