Chaos à la mairie de Toronto

Sauver l’image d’un maire et de sa ville, est-ce possible ?

Abus de drogue, conduite en état d’ébriété, alcool consommé sur les lieux de travail, primes à certains employés, bousculade… La liste des bourdes de Rob Ford au cours de son mandat actuel à titre de maire de la ville de Toronto est longue.

Abus de drogue, conduite en état d’ébriété, alcool consommé sur les lieux de travail, primes à certains employés, bousculade… La liste des bourdes de Rob Ford au cours de son mandat actuel à titre de maire de la ville de Toronto est longue.

Il arrive parfois qu’un gestionnaire commette un impair. On tente alors de réparer les dégâts. Grâce à des stratégies de relations publiques, on s’assure que l’image et la notoriété de l’entreprise ne soient pas entachées et on récupère les événements le plus rapidement possible. Mais lorsqu’un gestionnaire commet des erreurs monumentales les unes à la suite des autres et qu’elles le placent à la une des médias, quelles sont les stratégies à privilégier ?

Étude de cas : le maire de Toronto Rob Ford

En gestion de crise perpétuelle depuis un peu moins d’un an, Rob Ford réussit à se garder la tête hors de l’eau. Grâce à une communication constante avec son public, le maire  de Toronto est capable de transformer son message et de l’adapter à son auditoire. Il va chercher du capital de sympathie auprès du plus grand nombre. Pour ce faire, entre autre, il n’hésite pas à demander à sa mère de témoigner pour lui.

Malgré toute la couverture médiatique des maladresses de Rob Ford, malgré qu’il ait été la risée de nombreux articles de blogues, de tweets et d’émissions telles SNL et Mercer Report, Ford semble encore avoir des appuis parmi la population torontoise.

Parlez-en en bien, parlez-en en mal mais parlez-en!

En effet, il réussit à attirer l’attention sur la mairie et obtient ainsi une tribune qui lui permet d’expliquer ses mauvais comme ses bons coups. Comme le révèle un sondage de Pollroy effectué en novembre dernier, Rob Ford est le deuxième politicien le plus connu des américains, ce qui n’est pas peu dire! Voyez le rang qu’occupe le premier ministre du Canada en poste depuis 8 ans. Mais sa notoriété, si grande soit-elle, assombrit l’image de la ville de Toronto dit-on. Peu importe, parlez-en en bien, parlez-en en mal mais parlez-en!

Les américains sont plus familiers avec le maire Rob Ford que le premier ministre de la Grande-Bretagne et de l'Italie. Source : Robert Benzie Queen's Park Bureau Chief, Publié le 6 décembre 2013

Les américains sont plus familiers avec le maire Rob Ford que le premier ministre de la Grande-Bretagne et de l’Italie. Source : Robert Benzie Queen’s Park Bureau Chief, Publié le 6 décembre 2013

Qu’en est-il de sa réputation personnelle ?
N’est-il réellement qu’un cancre ?      

En mai 2013, une vidéo sort dans les médias. On y reconnait Rob Ford fumant du crack. Sa réaction ?  Il a d’abord été dans la négation totale. Puis, avoue et use de toutes les plateformes de communication pour entrer en contact avec son électorat et les convaincre que ce n’est qu’une erreur. Son argument principal : il est humain.  L’émission de radio qu’il anime est alors enlevée des ondes. Qu’à cela ne tienne, Rob Ford s’installe alors devant les caméras. Mais l’émission de télévision est aussi annulée après un épisode car les diffuseurs trouvent trop risqué pour leur image d’être associé aux propos de Rob Ford.

La semaine dernière, le maire annonce qu’il lance sa propre chaîne Youtube. À la barre de Ford Nation, Rob Ford parle à ses auditeurs au moins une fois par semaine. Il trouve ainsi toujours une alternative pour avoir la liberté de parole et rejoindre son électorat. Novateur ce Rob Ford.

Stratégie gagnante ?

Seul le temps nous dira si cette stratégie est fonctionnelle à long terme. Attendons octobre 2014, mois d’élection municipale à Toronto pour en juger car Rob Ford se représente à la mairie pour un deuxième mandat. Prêt à tout, il se rend même dans les boîtes de nuit pour courtiser les jeunes en âge de voter.  Est-ce que le maire Rob Ford aura encore un capital de sympathie auprès des Torontois en octobre prochain ?

Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Chaos à la mairie de Toronto

  1. farah024 dit :

    J’aime bien la statégie de la chaîne youtube moi! On pourrait penser que Rob Ford est un cas desespéré mais il ne baisse pas les bras …je ne serais pas surprise qu’il soit réélu en octobre prochain malgré son image qui a grandement été entaché au cours de la dernière année.

  2. aauclairb dit :

    Effectivement, il ne baisse pas les bras facilement!
    La chaîne Youtube lui laisse probablement une plus grande liberté que l’émission de radio ou de télévision. Il y a moins de censure sur internet habituellement.

    Si tu as des questions pour Rob Ford, il y répondra dans son prochain épisode de Ford Nation. Voici la dernière publicité : http://tr.im/4vlxl

  3. micheleverreault dit :

    Personnellement, cela m’étonnerais que Rob Ford se fasse réélire l’an prochain. Sa stratégie de relations publiques semble quasi inexistante (il a viré ses relationnistes dès le début de l’affaire) et a géré la tempête lui-même, de manière un peu chaotique. Bien sûr, certaines personnes sont toujours derrière lui, mais à mon avis, ceux qui hésitaient à voter pour lui voteront contre lui aux prochaines élections… On verra bien!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s