La couverture médiatique des commémorations : Souligner le centenaire de la Guerre 14-18, à qui cela profite-t-il?

 033d023a-af63-11dd-97ed-4dc25ac71448

La commémoration mémorielle occupe une place appréciable dans l’espace médiatique quotidien. Faut-il s’en étonner, deviner les intérêts sous-jacents qui la soutiennent, ou alors la considérer simplement comme un élément parmi d’autres dans la mise en place de l’identité sociale?

Chaque année apporte au calendrier son lot de commémorations et de dates à souligner. 2014 n’y échappe pas avec, entre autres, la Guerre 14-18 dont on souligne le centième anniversaire cette année. Depuis l’automne, les actualités sont ponctuées des relents de ce conflit dont le dernier soldat est pourtant mort en 2011 et qui fut supplanté dans l’horreur par le second conflit mondial armé. Aussi, on peut se demander si les médias soulignent de tels événements de libre arbitre ou subissent quelques pressions de groupes intéressés. De fait, on est en droit de se poser la question : mais qui active le lobbying de la mémoire du combat historique?

sipa-2113065-jpg_1855807

La Grande Guerre a touché de près chaque famille européenne, fut terrible, sanglante, et emporta avec elle plus de neuf millions de morts. Aussi, les groupes d’anciens combattants voient d’un bon œil les célébrations de sa commémoration ne souhaitant pas que leur lourd sacrifice ne se dissipe trop tôt dans les mémoires. Ces associations font pression sur les élus et multiplient les demandes pour avoir davantage qu’une liste de noms gravés sur un monument blanchi. Ils réclament la mise en évidence, ici de la libération d’une ville, là d’un massacre, et là encore, d’une victoire qui sanctifierait presque leurs actions de combattants et mènerait à une quasi-éternité terrestre, ancrée dans le quotidien.

4349068_3_2f90_ill-4349068-c556-70055-20_d9aecbf6e73c25bcdbe1f223aac559c4

Des rituels fédérateurs
Les victimes de la guerre, qui ont vu leur quotidien dévasté, veulent, elles aussi, leur part mnémonique et une survie dans l’histoire collective. Leur souffrance, inscrite dans les souvenirs familiaux, réclame des rituels fédérateurs pour expier leur déracinement physique et psychologique et combler chaque perte subie. Désirer entrer dans l’imaginaire des peuples n’est pas se complaire dans une certaine nostalgie, c’est plutôt s’arcbouter au présent et s’élancer dans l’avenir. Comme eux, les groupes de préservation muséale, d’historiens et d’enseignants l’ont bien compris et appuie cette écriture en continu, bâtisseuse et réparatrice de l’histoire.

Les mythes qui perdurent et rallient derrière eux les collectivités éveillent la fibre nationale. Et cela, les élus l’exploitent bien. Pour les dirigeants vainqueurs, discourir sur des valeurs de liberté, d’engagement, de devoir d’obéissance, de fraternité construit l’identité des citoyens et les légitiment également dans leur rôle et autorité. De là, il n’y a qu’un pas pour assaisonner les commémorations de messages partisans… Mais encore faut-il alimenter les médias en histoires toujours renouvelées.

Et les médias reprennent le flambeau, relayant à leur tour les événements mémoriels, contraints par la construction de l’Histoire dont ils sont les premiers et fiers artisans. Ils chassent la nouvelle, désireux de récits touchants à raconter, de modèles inspirants qui les aident eux aussi à se positionner sur l’insaisissable continuum du temps médiatique. Au final, c’est une roue qui tourne, où chacun tente d’écrire une part d’éternité.

300px-Tomb_of_the_Unknown_Soldier_-_Tombe_du_Soldat_inconnu

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s