Les réalités des organismes

Pour un organisme tel que Greenpeace, essayer de faire passer son message à la population demeure toujours un réel défi. Il faut aller plus loin que la simple publicité qui choque et miser sur les émotions du public. Leur discours doit réussir à faire réagir la population de manière à ce que le message soit déployé par son public.

Le 18 mars dernier, des militants de Greenpeace ont monté le sommet du Mont-Royal pour y apposer une banderole sur la croix. Leur but était de créer une « balance de la justice » pour y dénoncer les pratiques de la compagnie forestière Résolu.  Le message était clair et du même coup stratégique puisqu’il tentait d’attirer l’attention en cette période électorale.

Image

Défi de taille
Pourtant, il est souvent difficile pour une association de ce genre d’être reconnu par le public. Combien d’organismes êtes-vous en mesure d’expliquer leur cause? Probablement quelques-uns. Pas plus que cinq.  Enfin, c’est là, la problématique qui se présente pour ces organismes, car elle s’attarde très peu à ce que les gens connaissent déjà de l’organisme. D’autant plus, il serait plus logique si leur message était souvent répété. Or, des solutions s’offrent à eux s’ils veulent bien y consacrer un peu de temps…

Jouer sur les émotions
Il est bien évident qu’ils doivent user de créativité pour parvenir à créer un mouvement. Plusieurs petites initiatives peuvent réussir à attirer certaines personnes, mais l’élément le plus percutant est l’émotion.  Dans le cas de Greenpeace, l’impact de leur geste n’a pas été à la hauteur. Bien que la cause des forêts soit importante pour les Québécois, il aurait fallu pousser plus loin le sentiment d’injustice. On voulait illustrer que l’entreprise de produits forestiers menace l’environnement par ses gestes et qu’elle brime les droits des autochtones. Lors de leur réflexion, il aurait fallu qu’il pense à la représentation de ces messages de manière plus efficace.

Le réel rôle des médias sociaux
Une manière de renforcer la mobilisation des gens serait sans contredit l’usage des médias sociaux. En plus de renforcer l’image de l’organisme, ces outils permettent à l’organisme de s’adresser à la population directement et de lui faire part de ses dernières démarches. Dans ce cas-ci, Greenpeace utilise bien ces outils communicationnels à sa disposition. On y retrouve toutes les informations relatives que l’organisme tient à partager au public et les différentes causes qu’ils soutiennent et pour lesquelles ils se battent. Les médias sociaux deviennent donc un élément clé à l’identité de l’organisme, car ils permettent la prise d’informations du positionnement de l’organisme et des mesures qu’elle entreprend.

Image

En passant | Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s