Ello – La gestion de crise en bêta

Ello.co, le nouveau joueur dans la ligue des réseaux sociaux, se voit déjà gérer une crise alors qu’il est encore en version bêta.

Le 26 septembre dernier, l’influent bloggeur Aral Balkan a dénoncé publiquement Ello pour son manque de transparence sur son site web. Selon ce dernier, Ello ne fait aucune mention de la manière dont le projet a été financé, ni de la manière dont les fondateurs s’assureront que l’investisseur principal sera remboursé au final.

Au départ un simple réseau social privé d’artistes pour le fondateur Paul Budnitz et ses amis, c’est suite à l’investissement de FreshTracks Capital qu’Ello est devenu public et a pu prendre l’ampleur qu’il a aujourd’hui.

Un investisseur qui en attend en retour

FreshTracks Capital a investi 435 000 $ pour financer le projet. Alors que certains pourraient croire qu’il s’agit d’un acte philanthropique ou encore d’une campagne de sociofinancement, Aral Balkan dénonce ce financement de type capital-risque puisque, selon lui, Ello devra au bout du compte rendre la pareille à son investisseur.

Les investisseurs en capital-risque soutiennent des entreprises innovantes ou des entreprises en technologies avec un fort potentiel de développement et de retour sur investissement. Ils les supportent en apportant du capital financier ainsi que leurs réseaux et leur expérience.

FreshTracks Capital est donc, entre autres, animé par le but de réaliser des profits financiers. Et c’est ce que Balkan dénonce : Ello devra tôt ou tard s’assurer que son investisseur rentre dans ses frais et c’est en tentant d’obtenir le plus d’utilisateurs possible qu’ils auront plus de pouvoir. Ce qu’il trouve surtout décevant, c’est bien le manque de transparence d’Ello et son hypocrisie lorsque ses fondateurs vantent son indépendance.

Ello contre-attaque

Paul Budnitz défend d’abord son entreprise en tentant d’humaniser l’investissement de FreshTracks Capital : « Concernant ces 435 000 dollars, ils ont été investis par des gens qui partagent complètement nos idéaux et nos objectifs. La personne qui est devenue notre investisseur principal est mon voisin d’en face, dans ma petite ville du Vermont. Il ne s’agit pas d’un investisseur qui cherche à obtenir des millions à travers Ello, en nous imposant des méthodes agressives de développement. »

Puis, afin de s’assurer que leur politique anti-publicité sera respectée à long-terme, c’est en ajoutant des fonctionnalités payantes qu’Ello compte faire de l’argent. Chaque utilisateur pourra ajouter des fonctionnalités premiums et payantes afin de personnaliser son utilisation et ses interactions.

Puis, toujours attaqué contre ce modèle de financement utopique que plusieurs reprochent d’être non réalisable et surtout contre la philosophie de « réseau libre » qu’ils tentent d’être, Ello sort les grands moyens : le 20 octobre, ils annoncent la conversion de l’entreprise en Public Benefit Corporation (PBC). Les PBC sont des corporations à profit qui opèrent pour offrir un bénéfice à la société. Ello doit donc obligatoirement s’assurer d’avoir un impact positif sur la société dans toutes ses décisions.

Miser sur la transparence?

Il sera intéressant de suivre le développement économique de cette jeune entreprise au fil du temps. D’une part pour voir comment leur financement évoluera. De l’autre pour comprendre comment ils réussiront à se couper de la publicité ciblée.

Pour l’instant, selon Balkan, chaque utilisateur de plus devient une monnaie d’échange qui permettra à Ello de rendre à FreshTracks Capital un retour sur investissement par la vente de données éventuelles, la vente d’utilisateurs ou son entrée en bourse. En effet, Ello pourrait légalement être vendue à une entreprise non PBC selon la loi de la majorité 2/3.

Sur le plan public, Ello doit continuer à gérer cette crise et maintenir sa jeune réputation. Peut-être serait-il temps d’être plus transparent pour ne pas perdre sa crédibilité? Ou encore devenir une entreprise qui n’est pas à profit afin de réellement respecter leur manifesto et leurs idéologies?

 

 

Image | Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ello – La gestion de crise en bêta

  1. mariebellier dit :

    Je suis d’accord avec le fait que ce réseau social a un problème de transparence. En effet, j’ai essayé de m’y inscrire mais je ne suis pas allée jusqu’au bout de mon inscription car le site en lui-même ne me paraissait pas clair et je ne comprenais même pas le but de ce réseau alors que d’habitude on est capable de le voir tout de suite. Notamment avec des réseaux tels que Tumblr, Pinterest, Instagram qui se basent sur des photos, Twitter qui se base sur donner son opinion sur n’importe quel ou sujet ou Facebook qui lui, regroupe un peu toutes les utilités de ces derniers réseaux. Pour ce qui est de Ello, je n’ai pas réussis à cibler l’un de ses objectifs.
    En lisant cet article, je me suis rendue compte qu’en plus de ça, ils ont des problèmes de transparence vis-à-vis de leur financement ce qui m’amène à penser que j’ai fait le bon choix en ne m’inscrivant pas. Je ne voudrais pas participer à mettre de l’argent dans les poches de gens qui ne le méritent pas car ils en font mauvais usage.
    Il va falloir que Paul Budnitz fasse preuve de plus de conviction et transparence ou alors qu’il revoit ses choix d’investisseurs.

  2. audreysaucier2014 dit :

    Sérieux manque de transparence en effet.

    Ils veulent aller chercher un retour sur investissement en ayant seulement recours à des fonctionnalités payantes? Ca me semble un peu irréaliste et me porte à croire qu’en bout de ligne, tout ce qui sera vraiment intéressant et nouveau sur Ello sera payant et donc je ne vois pas tellement l’intérêt de payer pour des fonctionnalités que je pourrais avoir gratuitement sur d’autres réseaux sociaux… À moins d’une innovation assez incroyable, je n’arrive pas vraiment à voir comment ça pourrait être rentable.

    L’impression que j’ai, c’est que les créateurs de ce nouveau réseau social se sont fixé des objectifs irréalistes et seront forcés, à plus ou moins long terme, de vendre la compagnie à un autre partie qui elle n’aura peut-être pas autant de scrupules quant à la publicité, laissant ainsi de côté les grandes idéologies qui ont fait naitre Ello.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s