Le pouvoir au peuple

La politique actuelle se veut démocratique dans la majorité des cas, c’est-à-dire que les pays sont menés par des dirigeants élus par la population. Ces dirigeants ont pour rôle d’écouter les demandes de la population et d’y répondre, dans la mesure du possible. Mais lorsque ces demandes ne trouvent pas de réponse favorable, que se passe-t-il ? Au cœur de l’ère de l’instantanéité et du partage rapide d’information, une situation peut vite devenir hors de contrôle pour les politiciens.

Élections fédérales

Dans le contexte d’une course électorale, l’opinion publique, tout particulièrement sur les réseaux sociaux, devient précieuse. Chaque candidat tente de s’attirer des votes supplémentaires en faisant des promesses répondant aux demandes de la population. Les choses se compliquent quand l’opinion publique est partagée et que les candidats doivent respecter l’idéologie de leur parti.

La crise des réfugiés syriens est un bon exemple pour illustrer le pouvoir qu’a la population sur les réseaux sociaux. En quelques heures à peine après la divulgation de la photo du jeune Aylan Kurdi, les messages d’opinion ont explosé : requêtes envers les candidats, pétitions, demandes d’augmentation du nombre de réfugiés accueillis, etc. L’incitation à l’action a été claire, et chaque parti a répondu à cette demande à sa façon, chacun promettant d’accueillir un plus grand nombre de réfugiés. Mais en cette période électorale, rien ne peut être fait avant l’élection du 19 octobre. Et par le principe de la loi de la proximité, le sujet a vite été oublié, puisque les médias n’en parlent plus, que les mêmes photos circulent ont cessé de circuler, et qu’un drame ne s’est pas reproduit depuis. Les promesses électorales seront-elles tenues ? À voir…

Débats éphémères

En remplacement de cette vague de prise de position, le débat faisant actuellement rage sur les réseaux sociaux concerne le port du niqab, où chacun donne son opinion et où les partis politiques sont coincés dans cette mare d’avis divisés. Aucune promesse ne peut être faite dans ce cas, mais l’opinion des politiciens est importante pour guider le vote futur des électeurs. C’est dans ce contexte et dans le cadre de leur campagne de relations publiques que les candidats doivent prêter une attention toute particulière à ce que disent les gens sur les réseaux sociaux pour afficher la meilleure image d’eux-mêmes, tentant d’éviter le moindre faux pas qui enflammerait le web.

Choisir son combat

On peut ainsi dire que le peuple a un plus grand pouvoir qu’il ne le pense, et il s’en sert merveilleusement bien, mais comme tout buzz vécu sur le web, la majorité des combats est éphémère et rapidement oubliée. Il ne reste qu’à voir quels sujets sont les plus précieux à la population, quels sujets reviennent sans cesse. C’est aux politiciens de les remarquer et d’y répondre.

Publicités
Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s