Harper, Trudeau et Mulcair : Trois hommes et un couffin.

951035-chefs-npd-thomas-mulcair-gauche

Si vous deviez confier votre enfant à garder pour les quatre prochaines années à l’un de ces trois candidats en lice pour les élections fédérales 2015, lequel aurait votre préférence?
À l’heure où le débat sur l’austérité dans les garderies est à l’ordre du jour, mon attention s’est porté sur la campagne médiatique des 3 chefs au détour d’un film intitulé 3 hommes et un couffin, réalisé par Coline Serreau datant de 1985.


Il était une fois…3 pères.

Le film raconte la relation d’amour filial qui se développe entre trois hommes autour du couffin déposé sur le paillasson par l’une des ex-femmes du trio avec la directive de prendre soin du bébé. S’ensuit une histoire rocambolesque que je vous laisse découvrir où chaque père de fortune fait son introspection en réapprenant à vivre avec un bébé sur les bras.

Réunis pour décider du meilleur…
Jacques , agent de bord(André Dussolier) le père, avertit ses deux amis Pierre(Roland Giraud) et Michel(Michel Boujenah), de s’occuper d’un colis jusqu’à son retour de voyage. La découverte de la nature du colis, s’ensuit une diatribe déclenchée contre Jacques et son sens de l’éducation, puis le scénario met l’accent sur le conflit entre Pierre et Michel sur la manière de l’élever jusqu’au retour de Jacques.Ensemble ils décideront du futur de l’enfant.

Quid du rapport avec les élections fédérales me direz-vous?…
Jacques est ici symbolisé par Stephen Harper. C’est celui qui est au début accusé par les deux autres comparses de ne jamais prendre ses responsabilités étant considéré comme égoïste car constamment en voyage délaissant les affaires de la maison au détriment des ses intérêts personnels.
Pierre que je présenterai comme Justin Trudeau et Michel que je symboliserai par Thomas Mulcair, les deux autres comparses sont livrés à eux-mêmes pendant la première partie du film avec Marie le bébé, s’estimant l’un plus responsable que l’autre tout en se considérant capable de veiller seul sur Marie.

À la fin, il n’en restera qu’un.

Alors que les élections fédérales approchent à grand pas. Stephen Harper assumera-t-il ses responsabilités à l’heure de défendre son bilan? Thomas Mulcair et Justin Trudeau marqueront-ils suffisamment de points pour que vous puissiez leur confier votre « enfant »? Si dans le film de Coline Serreau, les pères querelleurs finissent par trouver un terrain d’entente, lors des élections, un seul d’entre eux devra trouver grâce à vos yeux pour les quatre prochaines années pendant lesquelles vous lui confierez la destinée du Canada. Au festin de l’amitié chacun y trouve sa part, mais au festin des loups il n y aura pas de dessert.

Extrait vidéo: Trois hommes et un couffin(1985) de Coline Serreau,

http://www.vodkaster.com/embed/clip/91267

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Harper, Trudeau et Mulcair : Trois hommes et un couffin.

  1. sabrinaf77 dit :

    Le film intitulé 3 hommes et un couffin représente bien nos trois candidats. Ce film a eu un très grand succès en France. Suite à cette version originale ce film est devenu plus tard un film très populaire aux États-Unis. Il est drôle d’associer ces trois personnages à nos chefs de l’élection Fédérale. En effet le bébé dans le film représente le Canada. Nous souhaitons avoir le meilleur «papa» pour notre pays. Nous ne demandons que cela pour les quatre prochaines années. Nous avons besoin que le candidat élu prenne ses responsabilités au sein de notre société et veille à notre bien-être. Personnellement, je crois que réélire Harper serait un désastre, il faut donner la chance aux deux autres «pères» de construire un meilleur futur.

  2. romaincd dit :

    J’adore la comparaison, elle s’y prête magnifiquement !
    Comme pour l’éducation d’un enfant, chacun a sa vision des choses, rigueur ou moins de limites et de contrôle, paternaliste etc.
    Heureusement, cette fois, c’est nous, dans notre couffin en lambeau qui allons choisir notre père/mère, pour les prochaines années, avant de ne plus l’aimer et d’en choisir un(e) autre.
    Je me demanderai toujours comment un chef d’État peut, en 4 ou 5 ans, instaurer quoi que ce soit de durable, surtout aujourd’hui où, plus que jamais, le réel pouvoir est détenu par quelques sociétés cotées en bourse. Alterner sans cesse au risque que le suivant efface ce qu’a fait le précédent est-il réellement le bon changement ?
    Ce n’est peut-être pas un nouveau père ou une nouvelle mère qu’il nous faudrait, mais plutôt un nouveau beau-père ou belle-mère qui apporterait sa vision à une direction qui durerait… Malheureusement, on tomberait vite sous une dictature, autocratie ou monarchie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s