Faire la différence pour la santé mentale

Les élections fédérales qui auront lieu le 19 octobre prochain créent un engouement autour de la campagne politique dont on entend parler dans les médias. Des tactiques différentes sont utilisées par chacun de chefs des partis politiques, qui ont toute une équipe de relations publiques derrière eux. Il est important pour chacun d’entre eux d’être des acteurs tout autant que des promoteurs de leur parti politique, afin de mettre en valeur leur image.

Une campagne axée sur la santé

Un des thèmes abordés par Thomas Mulcair dans sa campagne, chef du Nouveau Parti Démocrate, est la santé. Plus précisément, le 15 septembre dernier, il a annoncé, lors d’un discours, qu’il mettrait en place un Fonds d’innovation pour les enfants et les jeunes avec des problèmes de santé mentale, en visant les Premières nations, les Inuits et les Métis.

 

En tenant compte des enjeux sociaux reliées à la journée mondiale de la prévention du suicide, qui avait lieu quelques jours plus tôt, soit le 10 septembre 2015, la stratégie de communication réalisée par l’équipe des relations publiques du parti NPD fut effectuée au bon moment.

Ce discours a suscité beaucoup de réactions de la part des internautes, sur les médias sociaux officiels du NPD, entre autres sur Twitter et Facebook. M. Mulcair fut appuyé par ceux qui croient en la cause, qui selon son parti, aiderait aux 1,5 millions de Canadiens de moins de 24 ans atteints d’une maladie mentale. Cependant, il est également fortement critiqué par ceux qui voudraient avoir des résultats qui vont au-delà de quelques promesses exprimées verbalement.

Objectifs réalistes?

Les adversaires de M. Mulcair critiquent son point de vue en le dénonçant comme étant « un centralisateur en faisant des promesses trop spécifiques sur la santé, un domaine de compétence provinciale, où les grandes entreprises canadiennes ne pourraient pas payer leur juste part ».

« Quand je lis les annonces du NPD, je me dis qu’il y a des gens aux communications qui ont décidé qu’ils allaient jouer la carte de l’électoralisme d’une façon assez troublante. Parce que c’est populaire, que ça résonne auprès de sa base électorale et que personne d’autre ne parle de santé. »

Selon Damien Contandriopoulos, professeur à l’Université de Montréal, il sera difficile pour les autres provinces de coopérer avec lui avec ses propres objectifs. Selon vous, le thème de la santé est-il bien abordé par le parti de M. Mulcair, fixant des objectifs précis, soient aux enfants et aux jeunes ?

 

Cet article, publié dans Réflexions publiques, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Faire la différence pour la santé mentale

  1. M. Hébert dit :

    Aussi louable soit l’objectif, un parti fédéral en campagne devrait hésiter à dicter une finalité précise sur le thème de la santé. La réalité sociodémographique change énormément d’une province à l’autre, ce qui influe nécessairement sur les priorités de chacune. Toute initiative en ce sens requiert un effort de coordination (à moins de se cantonner à une clientèle exclusivement visée par le fédéral, comme les Autochtones). De plus, les provinces ont des doléances importantes concernant les transferts fédéraux en santé. Une perspective pratique sur la santé amènerait les partis à proposer des solutions à ce contentieux historique.

    Ceci dit, ce serait beaucoup moins vendeur: rares sont les électeurs qui aiment entendre parler d’administration et de bureaucratie; beaucoup plus nombreux sont les électeurs désirant savoir quels changements concrets une action apporterait.

    Est-ce du vent? Peut-être. Mais n’oublions pas que les politiciens sont un peu des artistes… on attend d’eux qu’ils vendent du rêve!

  2. La manière dont Mulcair aborde la santé est peut-être un peu maladroite. Toutefois, ce qui me surprend c’est que la santé mentale n’est pas un enjeu séduisant en campagne électorale. Le public veut plutôt des promesses excitantes qui vont changer la vie de la classe moyenne. Hors, en réalité, la santé mentale reste un sujet tabou qui touche beaucoup plus de canadiens que l’on pense. On remarque les récentes campagnes de sensibilisation qui semble faire leur travail; lentement mais sûrement on démocratisera cette forme de maladie méconnue. La compagnie Bell a d’ailleurs joué un rôle de premier plan en s’associant avec différentes personnalités publiques atteintes de maladies mentales.

    Il est intéressant de voir un parti sur mouiller sur un enjeu qui sort des sentiers battus. En tant que citoyens, nous avons sans cesse les mêmes promesses qui reviennent en termes de santé. Cette nouvelle position met de l’avant un problème croissant qui semble être prioritaires pour les neo-démocrates, Cela permettra peut-être aux autres partis de devoir prendre position sur la question et ainsi de possiblement engendrer un débat intéressant sur la place publique.

  3. Malgré les intentions véhiculées par les messages politiques des différents partis, qu’ils soient de  »droite » ou de ‘,gauche », leur règne aura la position centre puisque leur réelle intention est de garder le pouvoir. Malheureusement, les politiciens ne sont maintenant plus dans la course pour le pays mais bien pour eux-mêmes. Leur course, c’est la course a la cagnotte de retraite qui augmentera en fonction du temps écoulé au pouvoir. En plus de sauver des dizaines de millions de dollars par année, le pays gagnerait fortement a changer son approche par rapport aux rémunérations qu’obtiennent les politiciens. A mon avis, un plus gros montant annuel et un pourcentage lié au montant réduit de la dette (telle une commission) et une élimination des retraites a vie permettrait de former mentalement des politiciens qui suivront réellement leur programme car ils y croiront, plutôt que parce que  »c’est ce qui vend ».

Répondre à M. Hébert Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s