L’influence de l’angle que prennent les journalistes pour représenter le cheerleading dans les médias

En décembre dernier, le cheerleading a été nommé par le comité olympique international comme sport olympique provisoire. C’est un grand pas pour la communauté du cheerleading, qui a souvent de la difficulté à faire reconnaître son sport comme un « vrai » sport parmi tant d’autres. Plusieurs stéréotypes sont nés à partir de films comme la série « Bring it on ». Par contre, le cheerleading a beaucoup évolué dans les dernières années et commence à être un peu plus connu partout à travers le monde, et même au Québec. Le cheerleading fait parler de plus en plus sur les réseaux sociaux et les médias, mais l’angle que prennent les journalistes dans leurs reportages est souvent plus négatif que positif.

b71j4559-tn

Un reportage qui fait mal :

Au début janvier, TVA Nouvelles a fait un reportage sur les dangers du cheerleading. Celui-ci raconte l’histoire de Jarrel John qui a vécu un accident assez tragique l’année dernière. Il y a environ un an, TVA Nouvelles avait aussi réalisé un autre reportage extrêmement semblable sur les risques du cheerleading. Il est connu que les médias accentuent et amplifient énormément les points plus négatifs de chacune de leurs nouvelles pour attirer l’attention des téléspectateurs. Par contre, plusieurs entraîneurs, athlètes et propriétaires de gyms de cheerleading ont manifesté leur mécontentement sur les réseaux sociaux quant à l’angle utilisé par les journalistes.

La réponse de Janie Lapierre à TVA Nouvelles :

Janie Lapierre, propriétaire du gym Spirix et fondatrice et PDG de la compagnie Kick’s a écrit une lettre de réponse à TVA Nouvelles sur son blog personnel. Dans celle-ci, Madame Lapierre exprime sa colère et ses inquiétudes par rapport à ce reportage. Elle commence par dire que l’histoire de Jarrel John mérite d’être racontée, mais pas de cette façon. Elle affirme que l’homme reste un exemple de positivisme et de persévérance dans ce milieu. Par contre, elle continue en ajoutant que le problème de ce reportage est bien l’angle du journaliste. Elle focus sur le fait que TVA Nouvelles a passé la journée à une compétition de cheerleading et qu’ils ont seulement trouvé du négatif à ce sport. Elle en profite, par la suite, pour partager plusieurs idées d’angles différents qui auraient pu être exploités à la place de se concentrer sur le négatif de la chose. Elle poursuit en expliquant les conséquences que ce reportage pourrait avoir sur le cheerleading et les membres de sa communauté. De plus, elle dénonce le manque d’information des journalistes par rapport à ce sport et aux choses dites dans le reportage.

Mauvaise information :

Le reportage de TVA Nouvelles mentionne le fait que le nombre de blessures associées au cheerleading a triplé au cours des 20 dernières années et que l’équipe médicale à la compétition soigne une blessure au 10 minutes. Il faut garder en tête que ce sport devient de plus en plus populaire chaque année, donc le nombre de personnes qui le pratiquent et qui ont des chances de se blesser augmente. Oui, le cheerleading est l’un des sports de contact qui est considéré comme l’un de plus dangereux. Par contre, chaque sport compte son lot de blessures et de risques associés. Le football est reconnu comme étant dangereux surtout sur le plan des commotions cérébrales, mais les journalistes ne parlent pas seulement des dangers de ce sport dans leurs reportages. Il faut savoir différencier les blessures graves aux autres raisons pourquoi les athlètes vont voir les physiothérapeutes et l’équipe médicale lors de compétitions. Le « taping » est une pratique très connue dans ce sport pour éviter des blessures ou empêcher de les empirer. Cela ne veut pas dire qu’un athlète se blesse lorsqu’il va voir le physiothérapeute pour se faire « taper ». Il faut faire attention aux mauvaises informations qui pourraient éventuellement ternir l’image de ce sport.

Liens mentionnés dans l’article:

Le reportage de TVA Nouvelles

Reportage de TVA Nouvelles en 2016

Lettre de réponse à TVA Nouvelles par Janie Lapierre

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’influence de l’angle que prennent les journalistes pour représenter le cheerleading dans les médias

  1. sqlemieux dit :

    Tout à fait d’accord. Ce reportage de TVA Nouvelles ne démontre en rien ce qu’est réellement le cheerleading. Je suis déçue de constater que malgré le succès de plusieurs associations à l’échelle mondiale, un reportage soit consacré à parler des blessures qui y sont associés. Je suis persuadée que les athlètes d’autres sports font face à autant de risques de blessures. Par exemple, un joueur est resté immobilisé sur la glace suite à une mise en échec violente lors d’un match de hockey le 19 février. Bien que ça ne représente pas le quotidien d’un joueur de hockey, il s’agit d’un risque dont personne n’est à l’abris. Pourtant, c’est l’image du cheerleading qui est affectée alors que le hockey bénéficie quand même d’une meilleure couverture médiatique. Pourquoi alors consacrer un reportage sur un sport qui mérite d’être mieux représenté?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s