Un mot de trop pour New Balance?

La compagnie américaine New Balance vit présentement des moments très difficiles subissant une énorme crise depuis que le vice-président des affaires publiques, Matthew LeBretton ait peut-être échappé quelques mots de trop en entrevue. Évidemment, une gestion de crise des plus serré est présentement en exécution pour ramener l’organisation sur la route le plus vite possible. C’est dans des cas comme ça qu’on réalise qu’une toute petite erreur, une toute petite maladresse peut entrainer d’énormes conséquences sur une organisation d’où l’importance du travail du relationniste de préparer son équipe et surtout son porte-parole de manière méticuleuse.

Au lendemain de l’élection présidentielle américaine, Matthew LeBretton a été interrogé par Sara Germano, une journaliste du quotidien Wall Street Journal sur l’Accord de partenariat transpacifique (PTP). C’est à ce moment précis que le vice-président des affaires publiques de New Balance s’est mis les pieds dans les plats allant d’une affirmation choc qui a littéralement enflammé les médias sociaux mais surtout Twitter. Matthew LeBretton a reproché à Barack Obama d’avoir fait «la sourde oreille à New Balance en rajoutant que le sentiment de l’entreprise était que les choses iraient dans la bonne direction avec le nouveau président Donald Trump», qui veut abolir le PTP. Ce commentaire était de trop dans un contexte où l’élection de Donal Trump ne fait pas l’unanimité aux États-Unis. L’équipe des communications de New Balance ont du immédiatement se mettre au travail pour limiter les dégâts de Matthew LeBretton. En effet, dès la déclaration sortie, une avalanche de tweets colériques en ont suivis car les américains mécontents reprochent à New Balance de soutenir publiquement Donald Trump.  Plusieurs vidéos ont été publiés montrant des personnes brûler ou jeter leurs vêtements ou leurs souliers New Balance en guise de protestation. À ce moment, New balance n’avait pas d’autres choix que de réagir. Deux communiqués de presse ont été publié très rapidement pour calmer la situation. Dans ces communiqués, l’organisation tient à rappeler à la population que l’abolition du PTP est «une position défendue par le président Trump, mais aussi par Hillary Clinton et Bernie Sanders et que de soutenir la position de Donald Trump sur le PTP n’équivaut pas à soutenir l’ensemble de ses déclarations.» Malheureusement pour New Balance qui semblait avoir fait du bon travail de gestion de crise, un blogueur suprémaciste blanc du nom de Andrew Anglin a déclaré que les New Balance sont «les chaussures officielles du peuple blanc». Immédiatement, l’organisation a fait un pas en arrière et est de nouveau dans l’embarras. L’affirmation a été démenti sur toutes les plateformes le plus rapidement possible pour rassurer la population.

Leçon à retenir?

Cette crise aurait pu très bien être évité par New Balance avec une meilleure préparation du porte-parole et une meilleure connaissance de la société américaine actuelle. Selon Silvie Letendre, vice-présidente de l’agence de relations publiques Capital-Image, «un communicateur expérimenté, qui doit normalement défendre les valeurs et la bonne réputation de l’entreprise, aurait dû savoir que ses propos risquaient d’aliéner la moitié des clients de New Balance. On peut entrevoir qu’il y aura sûrement une baisse des ventes aux États-Unis à court et à moyen terme.» Cette maladresse aurait pu être évitée si Matthew LeBretton avait été plus attentif à ses publics cibles et à leurs valeurs. Une organisation peut encourager des valeurs positives comme l’environnement, la justice sociale ou le féministe par exemple mais il est déconseillé d’encourager ou de s’identifier à un mouvement politique ou à un leader politique. Il est mieux de rester neutre face à ce genre de débat si on ne veut pas affecter notre marque de commerce. Silvie Letendre rajoute: «avec l’ascension de Donald Trump à la présidence, on peut s’attendre à de nombreuses autres tempêtes de réputation de marque qui ne seront tristement que le reflet de la société américaine actuelle».

http://www.infopresse.com/article/2016/11/17/new-balance-d-une-maladresse-a-une-controverse

Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s