Influenceurs 2.0: quand le contenu sponsorisé remplace les stratégies de relations publiques

Parlons des influenceurs: ces blogueurs et youtubeurs du web, que personne ne connaissait il y a cinq ans. Arrivée au Québec comme un vent de fraîcheur, cette niche s’est vite fait connaître par des publications au contenu amateur. Aujourd’hui, le réseau de certains est non négligeable, atteignant même les 600 000 abonnés dans la province.

Cette explosion d’influenceurs a toutefois un énorme impact sur le travail quotidien des relationnistes. Survol d’une industrie qui amène son lot de défis dans les relations publiques des entreprises.

Moins de stratégies, plus de publicités

Face à ce mouvement grandissant, les compagnies veulent à tout prix exploiter l’influence des blogueurs et youtubeurs auprès de leurs publics cibles. Le problème, c’est qu’ils le font à travers des stratégies de marketing et de publicité.

Placements médias grandissant, ces entreprises rangent au tiroir leurs vieilles stratégies de relations publiques pour exhiber leurs meilleurs tactiques de marketing auprès des influenceurs. Une étude américaine menée cette année par Traackr auprès de plus d’une centaine de stratèges marketing employés au sein d’entreprises mondiales révèle que seulement 16% des entreprises désignent leur département de relations publiques comme responsable du marketing d’influence.

Il faut repenser cette approche, et aborder l’influenceur non pas comme un marché à acheter, mais bien comme une relation à entretenir. Au-delà du nombre d’abonnés, blogueurs et youtubeurs du Québec valorisent d’abord l’étendue de leur influence, et c’est ce sur quoi les relationnistes doivent miser pour tirer leurs épingles du jeu.

L’influence s’entretient, et ceux qui en jouissent le savent. Dans cette optique, le rôle des relationnistes est d’engager la conversation avec ces influenceurs afin de les aider à enrichir leur contenu et à connecter avec leur auditoire. Les compagnies ont tout à gagner à investir davantage dans la stratégie de relations publiques, plutôt que dans la publication en soi.

Human to human, le nouveau B2C

Ainsi, le véritable potentiel du marketing d’influence réside dans la relation d’influence, et doit aller bien au-delà de la transaction. Une approche centrée sur l’influenceur en tant qu’individu, et axée sur sa personnalité et sa ligne éditoriale captera non seulement l’attention du public cible, mais ouvrira aussi la porte à une relation durable entre l’influenceur et le relationniste.

fullsizeoutput_925

L’approche Business to Consumer est chose du passé, voilà l’héritage des réseaux sociaux. La raison pour laquelle des centaines de milliers de spectateurs se rivent devant leur écran pour suivre assidûment un youtubeur est la suivante: ils s’identifient pour la première fois à un égal atteignable plutôt qu’à un idéal inatteignable comme toutes autres célébrités.

Publicités
Cet article, publié dans Travaux étudiants, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Influenceurs 2.0: quand le contenu sponsorisé remplace les stratégies de relations publiques

  1. sarahbl13 dit :

    Bonjour Leila, je crois que tu as bien raison lorsque tu affirmes qu’il faut repenser l’approche des entreprises pour qu’elles identifient leur département de relations publiques comme étant responsable du marketing d’influence. Tu le dénotes bien, la nouvelle ère numérique a fait naître de nouvelles personnalités disposant d’un fort pouvoir; les influenceurs. Il s’agit de nouvelles entités permettant de joindre un lectorat précis, une niche bien ciblée.

    Les relationnistes se doivent donc de développer leur relation de complémentarité avec les influenceurs telle qu’ils l’ont fait par le passé avec les journalistes. En effet, tout comme avec ces derniers, les relationnistes doivent d’en un premier temps créer la relation, engager la conversation comme tu le soulignes, puis l’entretenir. Cette interaction se doit également d’être ciblée et personnalisée. En ce sens, tu as bien raison d’indiquer que cet échange se fait dans les deux sens puisqu’il s’agit à la fois d’enrichir le contenu de l’influenceur, de tenir compte de ses besoins, de ses intérêts et de ses considérations et de faire passer le message souhaité par l’organisation. C’est donc un travail de longue haleine, une relation de confiance qui ne se crée par instantanément, mais qui revêt un grand potentiel sur le long terme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s