Budget en éducation : Un investissement en vue des élections

Leito

Grande nouvelle dans la belle province. Mardi dernier, le ministre des finances Carlos Leitao a déposé son tout nouveau budget 2017. Un budget rempli de belles promesses. En effet, beaucoup d’investissements sont promis dans la santé et l’éducation. Depuis son élection en 2014, le gouvernement Couillard à coupé, à grand coup d’austérité, dans les services publics. Il y a donc beaucoup de Québécois qui sont tombés en bas de leur chaise en voyant un investissement de 3,4 milliards sur 5 ans en éducation. Mais d’où vient cette soudaine envie d’investir dans l’éducation? Un résultat positif de l’austérité? Un indice : Le Québec tombera en élection l’an prochain.

Petit retour en arrière. En 2014, moins de 6 mois après son élection, le gouvernement Libéral annonce qu’il coupera 1 milliard en éducation. Les plus touchés sont les professionnels en éducation ainsi que les services aux élèves. Le milieu de l’éducation se sert la ceinture depuis trois ans. Cet argent n’est pas un ‘’investissement’’, mais simplement un retour de ce qui a été coupé: «Des 140M$ prévus cette année pour la réussite éducative [au primaire et au secondaire], combien est de l’argent recyclé?» demande Sylvain Mallette, président de la FAE. Par ailleurs, en 2015, des milliers d’enseignants sont descendus dans la rue pour manifester leur désaccord face à ces coupures. Malheureusement, le gouvernement n’a jamais plié.

image2.jpgImage 1

De la poudre aux yeux

Plus on s’interroge sur la question, plus on réalise que cet investissement est de la poudre aux yeux à la veille des élections. Sur ce 3,4 milliard, la majorité sera investi après 2020, donc au deuxième mandant des Libéraux. Si deuxième mandat il y a. Aussi, le gouvernement est très fier d’annoncer 1500 nouveaux postes de professionnels en éducation. Cependant, il y a une pénurie de personnel, et ça, le gouvernement le sait. Ces postes seront ouverts, sur papier, mais une bonne partie ne seront jamais comblés.

«Il faut mettre les choses au clair, ce budget n’est pas celui de l’éducation. Ça ne prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre qu’après avoir mis le feu à la maison pendant 3 ans, le gouvernement essaie aujourd’hui de cacher les dégâts avec des rideaux neufs et un peu de peinture.»

 – Manon Massé, co-porte-parole par intérim de Québec solidaire.

Les libéraux en mode séduction

Il ne faut pas jouer à l’autruche, car il est évident que le gouvernement joue aux paons. Les élections arrivent très rapidement, et un investissement en éducation, c’est beau. Je suis convaincu que toute l’équipe des relations publiques des libéraux est en mode séduction. Elle n’hésitera pas à promouvoir ces nouveaux investissements en éducation pour s’assurer de gagner des votes.

Finalement, oui, c’est bien de voir le gouvernement investir en éducation. Cependant, j’ai surtout l’impression que c’est une façon de sécuriser leurs chaises en 2018 plutôt qu’un vrai plan pour l’avenir du Québec.

Publicités
Cet article a été publié dans Travaux étudiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s